AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le soleil revient à Prodiges ! C'est bientôt l'été !
 

Partagez | 
 

 L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rayan MacKallan
~¤~Aimant à problèmes & Rebelle~¤~
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 27
Localisation : Somewhere...

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : MacKallan Rayan, 18 ans
Talents~:
Classe: Classe Dorée

MessageSujet: L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]   Mer 31 Aoû - 20:08

    Pourquoi toujours resté à l'intérieur même des murs qui délimitaient l'école?? C'était petit, c'était étouffant, de quoi devenir claustrophobe en quelques heures. Déjà que voir l'extérieur était totalement interdit aux pensionnaires, si en plus il ne devaient vivre que dans l'enceinte de l'école, beaucoup se noieraient au fond de la piscine en s'accrochant un piano a queue pour être sur de ne pas remonter à la surface!

    Rayan, fidèle à lui-même, venait de prendre la tangente! Il en avait marre de voir tout le temps la même chose. Alors il avait décider de sortir un peu. Oh pas loin, c'était interdit -bien que ça le tente de braver les interdit...après tout ceux là n'existent que pour être contourné n'est-ce pas?- mais d'aller flâner aux alentours de l'école. On dit même que parfois on pouvait faire de bonnes rencontres! Peut-être que Rayan aurait de la chance dans son malheur d'être inscrit dans cette école. D'ailleurs, il en avait un peu quand même! Sa matière préférée, hormis la musique, c'était le chant bien evidement. Mais en bon rebelle qui se respecte, et délinquant de premier ordre, il n’écoutait rien, mettait le bronx dans la classe, empêchait les autres de travailler, même si parfois ça lui coûtait de le faire. Mais il n'avait pas envie d'être un de ses nombreux montons de la classe dorée, ni même d'une autre classe d'ailleurs. Il voulait se détacher des autres, être différent...il voulait qu'on comprenne qu'il avait besoin qu'on le remarque parce qu'il était lui et non par ce qu'il était capable de faire mieux que les autres. Il voulait être normal et pas meilleur!

    Il poussa un long soupir, et continua à marcher. Il avait décider d'aller dans la prairie aujourd'hui. C'était grand, il y avait de l'espace et peut-être que ce sentiment d'oppression serait moins fort lorsqu'il aurait plus d'espace et moins de monde autour de lui. Sur le chemin, avec sa solitude pour seul bagage, il se mit à fredonner des chanson en anglais et en italien, qu'on lui avait fait apprendre durant l'année qu'il avait passer dans cet horrible conservatoire où il avait été placé de force. Sa voix était toujours légère parce qu'il chantait dès qu'il en avait l'occasion, à l'abri des oreilles indiscrète et même des oreilles amatrices. Mais ce n'était pas suffisant. Un jour il allait finir par perdre ce don qu'il aimait tant et qui avait pourtant plu a sa mère encore plus que son doigté exceptionnel. Il aimait chanté, il chantait bien, mais il n'était pas le meilleur dans ce domaine. Non lui c'était...non il n'était capable de rien...il n'était bon en rien...il voulait être un garçon normal, comme les autres.

    En arrivant, au pied du grand dans un coin de la prairie -il aimait cet arbre parce qu'il pouvait grimper sur ses larges branches et se caler dessus pour y faire une petite sieste sans que personne ne vienne l'embêter. Il s’aperçut qu'il y avait déjà quelqu'un.
    De long il ne distinguait que la longue veste noir et des cheveux aussi noir que le vêtement. La silhouette lui disait vaguement quelque chose. Il aurait fait demi-tour, si il n'avait pas fait tout ce chemin pour aller sur cet arbre là. Capricieux le petit blond, oui et il le revendiquait haut et fort: un enfant gâté pourri, le reste pour toujours et a jamais.

    En s'approchant, il distingua même de la fumée. Ce n'était pas un feu...donc la personne qui était fumait. Ouais encore un drogué! Un sourire étira ses lèvres, il pourrait peut-être lui en resquiller une? Cette idée lui donna soudain, l'envie de s'approcher encore plus vite. Ce qu'il fit.

    Arrivée près de lui, tandis que l'homme était toujours de dos, il lança:


    -Hey, vous en auriez pas une pour moi?

    Il avait été presque poli! Il avait vouvoyé le gentil monsieur...qu'il identifia lorsqu'il se tourna vers lui. Son sourire ne se dissipa pas, mais il se flétri quelques peu quand même. Edouard Nightray...son professeur de chant en personne. Le regard vague et mélancolique, ses yeux dorés, ses cheveux noirs...pas de chance, pour le petit blond. Mais il ne se laissa pas abattre, peut-être...peut-être que Dame Fortune allait l'aider aujourd'hui! Vous ne l'entendez pas, vous la petite voix qui murmurait qu'il ferait mieux de tourner le dos et de trouver un autre coin où aller?

--------------

Une de ma Princesse <3

Merci beaucoup Allen-kun *__*
Spoiler:
 

Ça, c'est de l'amitié Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://little-saint-louis.idfforum.com/
Edouard Nightray

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 04/08/2011
Localisation : En train de fumer sous un arbre.

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Nightray Edouard
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]   Jeu 1 Sep - 0:22

Une journée des plus banal pour le professeur de chant. Il n'y avait pas cours aujourd'hui ce qui expliqua pourquoi il n'était pas en ce moment dans sa salle de cours en train d'étudier la chanson ou le piano à ses élèves. Il avaient fini son boulot à préparer et à corriger, avec l'aide de son assistante Iris Shaneray. Cette journée était donc une réelle journée de repos. Chose qu'il fessait souvent avant son arrivé ici, mais depuis qu'il est professeur de cette école, il a un peu de mal à avoir ces moments de tranquillité qu'il adore tant ! Oui ce moment où il se plonge dans la fumé que ses cigarettes produise à ses souffle. Il s'était levé légèrement de mauvais poil aujourd'hui mai cela était comme d'habitude ! Jamais de bonne humeur ce grand enfant et pourtant on n'a jamais l'impression qu'il soit d'aussi mauvaise humeur. Épatant ? Pas tellement pour ce jeune homme qui possède un secret plus lourd que celui de n'importe qui. C'était levé tôt comme à son habitude, oui ses nuits n'était pas facile, rarement il dormait bien et souvent le même rêve venait le hanté. Ce soir où il perdit la seule parcelle de lumière dans son coeur. Enfin bref ! Il déteste qu'on parle de ça... Alors ce n'est pas moi qui vais vous en dire plus, même si c'est trop tentant... Se levant, donc, tôt, il prit une douche rapide et s'habilla d'un jean noir, une chemise blanche et par dessus mis sa longue veste noire. Pourquoi ce cassé la tête à porter des vêtements de style excentrique, voyant, sexy et/ou autre, quand on peut être beau dans le simple. Oui Edouard a tout de même un physique qu'il laisse a désirer ! Ne nier pas, le mensonge est un très vilain défaut. C'est après un petit temps de préparation qu'il sortit enfin de sa chambre.

Longeant les couloirs de l'établissement, il marchant à pas lent. Aujourd'hui il ne passait pas la journée avec Iris, chose qui est normalement souvent le cas.. Surtout lors des cours puisqu'après tout il est le professeur et elle sont adjointe.Il ne savait pas vraiment que faire, mais il savait qu'il voulait une journée de repos et de calme ! Alors il décidas de ce rendre aux prairies, endroit où il passe beaucoup de temps. Marchant donc à petit pas lent, il avait une main dans sa poche et l'autre tenait un paquet de cigarette. Certains élèves se promenait dans la pension... N'avait-il rien d'autre à faire ? Il pourrait sortir un pue au lieu de rester ici... M'enfin cela n'était pas son problème, saluant les pensionnaires qui le saluait il ne désirait qu'arrivé rapidement aux prairies et pourtant son rythme ne bougeait et ces toujours de pas lent qu'il marchait. Quand il regarda l'heure à sa montre, celle-ci affichait les midis passé et pourtant Edouard n'avait pas faim. Edouard n'est pas un grand mangeur et surtout ses repas sont le plus souvent light. Pas qu'il suive un régime hein ! Mais simplement, il n'a as souvent d'appétit. Depuis qu'il avait commencer à tuer autrefois, il avait petit à petit arrêté de manger. Edouard peut tenir plusieurs jour sans rien avaler mais il a toujours sur lui une bouteille d'eau pour s'hydraté, sa gorge est importante après tout !

Edouard n'avait pas grand chose à faire, ce qui tombait bien vu qu'il désirait ce rendre aux prairies, cet endroit si calme est simplement fait pour lui. Ce garçon solitaire qui aime tant être seul. Choses qu'il ne fessait plus que rarement depuis son arrivé ici en tant que professeur de chant. Oui être professeur demande souvent pas mal de boulot, entre les trucs à corrigés, les machins a préparer.. Parfois il ne prenait pas son job au sérieux, comprenez-le... Ce genre de travail le change complètement d'avant. Mais cela je vous l'ai déjà dit ! Regardant de nouveau sa montre, il accéléra un peu le pas et une fois aux prairies se dirigea vers un endroit spécial... Son arbre à lui ! Oui ce n'est pas la première fois qu'il se rend ici et ce n'est surement pas la dernière, car après tout il possède un endroit comme il aime. Un arbre seul et à l'ombre ainsi qu'éloigner de tout regard et dont personne ne viendrais l’embêter.. Se posant en s'allongeant, il sortit une de ses cigarettes qu'il ne passe à personne et commença à fumer. Fermant les yeux et commençant à rêvasser.. Ou a cauchemarder. Il pensa à ses actes passer et à des gestes ou mots qu'il regrette. Bien vite, il prend son air si nostalgique ! Les élèves ont l'habitude de cet air car il le possède souvent néanmoins cela ne le rend que plus beau d'avantage, surtout avec ses yeux ! Mais passons... Ce long moment de tranquillité dura un petit bout de temps jusqu'à ce que quelqu'un vienne l'extraire de son monde parallèle. Des bruit de pas, il se mit d'abords à penser qu'il s'agissait de Iris, elle connait cette endroit mais Edouard se rendit compte qu'il ne s'agissait pas d'elle quand la personne se mis à parler et c'est une voix masculine qui résonna.

- Hey, vous en auriez pas une pour moi?

Une cigarette ? D'Edouard ? Alors là, le garçon pouvait toujours courir, ce n'est pas demain la veille qu'il commencera à passer une de ses cigarettes, il n'est pas radin en général mais il ne faut pas pousser non plus. Ce qui étonna le plus Edouard fût la personne en question, il s'agissait de Rayan MacKallan, élève de son cours de chant et élève de la classe dorée... Ce garçon qui était une cause de problème à lui seul. Le hasard fait bien les choses parfois et cela dans les deux cas possibles. Au départ il ne lui lança qu'un regard de ses yeux dorés puis il lui répondit.

- N'es-tu pas un peu jeune pour ça ? Et puis que fais-tu ici ?

Bon bon ! D'accords ! Edouard ne pensait pas un mot de ça première question après il avait lui aussi commencer très tôt et cela n'était pas ses affaires malgré qu'il soit son professeur. Il repris sa place normal adossé à l'arbre et regarda le ciel avant de reprendre avec un peu d'amusement.

- Pas de chance d'être tombé sur ton prof Hein ?

Attention... Records ! Edouard avait dit plus de trois phrase en même pas cinq minutes, lui qui n'aime pas parler parler en général, Rayan pouvait limite en être honoré, mais on le fera pas remarqué... Ce serait déplacer. Attendant la réponse du garçon, il savait que sa journée de paix venait de magnifiquement bien tombé à l'eau !

--------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayan MacKallan
~¤~Aimant à problèmes & Rebelle~¤~
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 27
Localisation : Somewhere...

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : MacKallan Rayan, 18 ans
Talents~:
Classe: Classe Dorée

MessageSujet: Re: L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]   Jeu 1 Sep - 12:56

    L'homme tout en noir -la seule touche blanche, était sa chemise- posa son regard sur lui. Et Rayan regretta aussitôt d'être ici et de lui avoir adressé la parole. Ce regard chargé de mélancolie qui avait toujours donné envie a Rayan d’attraper son prof et de le secouer comme un prunier pour le bouger, se posa sur lui. Durant un instant, le gamin oublia de respirer, en face de son professeur. Si il avait été une fille, il aurait rougit jusqu'à la racines de ses cheveux. Mais heureusement pour lui, il était un homme et il était hétéro...pour ce qu'il en savait !

    Il soutint quand même le regard de son prof, le sien n'exprimait rien du tout. Il affichait toujours ce sourire a demi fané qu'il avait esquissé en voyant que le fumeur était son prof de chant. Il n'aurait pas sa cigarette aujourd'hui. Enfin il n'aurait pas celle de quelqu'un d'autre pour économiser son paquet a lui...qu'il avait laisser au fond de sa valise sous son lit, dans le dortoir ! La barbe !


    -N'es-tu pas un peu jeune pour ça ?

    Rayan fixa son professeur avec un air de défi. Dedans ou en dehors de l'école, il ne pouvait pas s’empêcher de tenir tête à ceux qui essayait de lui faire la morale ou bien de le rabaisser. C'était un gène dominant chez lui depuis quelques années. Et sa paranoïa aiguë ne l'aidait pas le moins du monde.

    -Je suis majeur, je fais ce qui me chante... dit-il sur un ton, un poil trop agressif.

    Son professeur ne l'avait pas agresser. Il plongé les mains dans les poche de sa veste, serrant sa main droite autour de son harmonica qui ne le quittait jamais. Comme si son contact pouvait le calmé. Ce serait bien si ça pouvait être vrai.


    -Et puis que fais-tu ici ?

    Le blond poussa un long soupir. Non mais il était suspect dans le cadre d'un braquage de bijouterie ou quoi ? Est-ce qu'il y avait des heures pour sortir et surtout pour venir prendre l'air au pied d'un arbre ? Si c'était le cas il était pas au courant ?

    -La même chose que vous je suppose...

    Il avait retenu de justesse, la phrase cinglante qui avait faillit franchir ses lèvres. « Non mais je vous en pose des questions moi ? »...en échange elle s'était mué en pensé agressive. Si les ondes pouvait être palpable celle de Rayan seraient électrique. Et brûlante aussi.
    Le prof se rencogna contre l'arbre et leva les yeux au ciel. Quel cadre charmant et plein d'eau de rose. Dans un manga il y aurait eu aussi les petites fleurs de cerisier qui s'envolait sous la fraiche brise du vent qui se levait normalement à cet instant ! Mais heureusement ce ne fut pas le cas.
    Mais son professeur ne se perdit parmi les nuages inexistant du ciel...il lui offrit même une autre phrase ! Pourtant a en juger par les rumeurs de couloirs, c'était un hommes plutôt discret et très peu bavard ?
    Bon on va dire que le blond a de la chance dans son malheur.


    -Pas de chance d'être tombé sur ton prof Hein ? 

    Rayan tourna la tête, se mordit l'intérieur de la joue. Non c'était pas de chance, mais en même temps le blond ne pouvait pas terminer un jour sans avoir eu sa dose de poisse bien collante. Donc il ne s'en formalisait plus tant que ça. Et d'un autre coté, il pouvait choisir de passé un peu de temps avec son deuxième professeur favoris, sans ce masque de gamin turbulent qu'il portait depuis le début de sa première année dans le Pensionnat. Rayan ne savait pas sur quel pied danser, et un petit silence s'installa, tandis qu'il cherchait quoi dire...et surtout qui être. Il n'était pas schizophrène a proprement parler...il souffrait, parait-il d'un dédoublement de la personnalité et le vrai, semblait d'être effacé sous le poids du nouveau lui.

    -Non pas de chance...mais je suis pas quelqu'un de chanceux dit-il en regardant les brin d'herbe qu'il applatissait avec ses pieds.

    Il passa sa langue sur ses lèvres. Puis il posa lui aussi une autre question :


    -Vous n'avez pas votre assistante avec vous...z'avez besoin de prendre l'air ?

    Puis il tourna la tête vers son professeur. Il était radicalement différent du gamin insupportable que les prof avait du mal a tenir dans une salle de classe. Aujourd'hui il était libre, même si il avait un professeur pour compagnon de parlotte.
    Puis en poussant un nouveau soupir, il dit :


    -Vous voulez vraiment pas m'en donner une ? Je vous la rembourserais... avec un petit sourire.

    En manque ? Ouais sans doute...mais sa cure de désintoxication n'avait jamais été mener à terme, le gamin trop intelligent arrivait toujours a contourner les interdit et la surveillances des docteurs.

--------------

Une de ma Princesse <3

Merci beaucoup Allen-kun *__*
Spoiler:
 

Ça, c'est de l'amitié Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://little-saint-louis.idfforum.com/
Edouard Nightray

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 04/08/2011
Localisation : En train de fumer sous un arbre.

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Nightray Edouard
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]   Lun 5 Sep - 14:12

- Je suis majeur, je fais ce qui me chante...

Il est vrai que c'était son choix et que c'était sa vie, en même temps Edouard se foutait royalement s'il fumait ou non, s'il se droguait ou pas ou bien d'autres choses. La vie des autres ne l'intéresse guère comme le monde qui l'entoure, à vrai dire plus grand chose ne compte pour notre professeur. Cette phrase qu'il lui avait adresser "N'es-tu pas un peu jeune" n'était que du vent, une parole qu'il avait dit comme ça pour ne pas lui passer une de ses cigarettes qu'il n'a jamais partagé et cela avec personnes. Il n'est pas partageur et ses cigarettes sont les siennes. Allons savoir pourquoi mais il n'apprécie pas qu'on lui demande et n'aime pas en donner, ce sont les choses de la vie et ce gamin allait surement faire avec. Qui plus est, Edouard n'avait pas aimé l'agressivité que ce dernier avait pris en lui répondant... S'il n'avait pas été son professeur il aurait appris à ce petit impertinent à qui il s'adressait et qu'il devait faire très attention. Edouard est quelqu'un qui n'apprécie pas qu'on lui parle de façon "violente" lui qui ne le fait pas, n'aime pas en retour que le lui fasse, mais il ne disait rien. Pour la bonne raison que répondre à un gamin prétentieux est inutile et sans intérêt. Oui si il répondait à ça, il serait juste tombé bien bas.

Par la suite, il répondait à Edouard qu'il fessait surement la même chose que lui. Si c'était le cas, alors qu'il aille voir ailleurs. Qu'il fasse comme lui et qu'il s'isole en le laissant tranquille. Edouard déteste être dérangé, déteste être en compagnie de quelqu'un et encore plus lorsqu'il s'agit d'un élève perturbateur tel que Rayan... Il a toujours été quelqu'un comme ça, qui s'isole et reste seul. Discret et calme, les mots clés d'Edouard et pourtant certains arrive encore à le coller ou à le déranger tel que ce pensionnaire en ce moment. Rayan devait surement connaître les rumeurs sur le professeur de chant et pourtant il continuait à resté là ou lieu de tourné les talons vite fait... Surement encore un coup de la fierté, cette fierté qui empêche de faire une chose logique.

Dans un soupir, il confirma qu'il n'était pas chanceux... Il n'était pas le seul. Edouard non plus n'était pas classé dans la catégorie "chanceux" sa vie n'est qu'une longue erreur, ce n'est pas de chance n'est-ce pas. Les deux n'étaient pas chanceux dans cette situation ! Rayan était tombé sur le professeur de chant et Edouard venait d'être dérangé dans son moment de tranquillité. La chance n'est que le fruit du hasard, par la suite celle-ci est bien ou non. En ce moment elle n'était pas géniale, mais qui sait ? Tout peut changer d'un instant à l'autre et ce n'est pas la première fois que ça serait le cas. C'est alors qu'il prit de nouveau la parole.

- Vous n'avez pas votre assistante avec vous...z'avez besoin de prendre l'air ?

Edouard fronça les sourcils, en quoi cela regardait un gamin comme lui ? Et d'où se permettez-t-il de commenter quelque chose dont il ignorait tout. Iris et Edouard n'était pas coller ensemble et il arrive que chacun fasse ses trucs de son côté. Ne fessait pas plus attention que ça, il ne tourna pas la tête mais le regardait du coin de l'oeil. Reprenant de sa voix qui restait impassible et insensible, même si généralement il perd souvent de son indifférence en présence de cette dernière ou lorsqu'elle est le sujet de cette conversation, sauf aujourd'hui. Où même devant les autres, il a toute de même assez de dignité pour en pas perdre tête fasse aux autres.

- Cela ne te regarde pas.

Le jeune garçon tourna de nouveau la tête vers le professeur de chant, bizarrement il paraissait moins "actif" qu'en classe. Son attitude était légèrement différente, était-ce d'où à l'air de ses prairie ? Ou simplement car il n'avait pas encore eu l'occasion de faire le "fou". Soupirant de nouveau, il insista.

- Vous voulez vraiment pas m'en donner une ? Je vous la rembourserais...

Edouard le regardait toujours du coin de l'oeil... La rembourser ou non n'était pas le problème et dire où il l'était me serait impossible. Edouard est tellement compliquer ! Les choses simples peut devenir très compliquer et les choses compliquer très simples avec ce prof ! Vraiment, c'est difficile d'être le narrateur de cet insensible. Bref, hésitant, il se demandait si il allait lui en donner une ou non. Après tout il n'avait pas envie de se prendre la tête, alors lui lançant le paquet. Il dit.

- Une, et c'est la première et la dernière fois que l'on soit clair.

En ce moment, Rayan avait beaucoup de chance vous savez. Edouard lui avait adresser plus d'une parole et lui avait passer une cigarette, chose extrêmement rare ! Il lui aurait bien dit d'aller voir ailleurs maintenant mais il avait la mauvaise impression que cela ne se ferait pas et qu'il allait resté là un petit moment. Alors autant qu'il fasse un effort... Même avec un pensionnaire dont il n'était pas proche plus que ça.

- Tu parait bien sage dis-moi. Je t'impressionne peut-être ?

Bien sur on pouvait voir énormément d'ironie dans cette dernière remarque mais il avait pris un léger ton d'amusement dans sa réplique... Et il savait qu'il venait d'enterrer la seule chance qu'il lui restait d'être seul avec cette phrase qui pourrait être assez stupide.

--------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayan MacKallan
~¤~Aimant à problèmes & Rebelle~¤~
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 27
Localisation : Somewhere...

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : MacKallan Rayan, 18 ans
Talents~:
Classe: Classe Dorée

MessageSujet: Re: L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]   Ven 9 Sep - 21:39

    Les menaces, qu'elles soient sous-jacentes ou bien très clair, le jeune homme n'en avait vraiment rien a faire. Que ce soit son professeur qui le menace d'un regard méchant, le directeur d'un nettoyage de salle, la pionne d'une semaine entière de colle en sa compagnie, ou un autre élève de lui refaire le portrait il s'en moquait.
    Il soutint le regard de son professeur, de ces yeux verts qui n’exprimait rien d'autre qu'un ennui profond. Être menacé, il en avait tellement l'habitude qu'il n'y faisait même plus attention. Si c'était dans la volonté d’Édouard de lui infliger une correction dont il allait se souvenir, le blond ne se laisserait pas faire sans réagir mais cela ne lui faisait même pas peur. Inconscient et idiot, ou sans doute...mais cette violence gratuite il l'avait pratiqué pendant longtemps.

    Certes il avait éé un peu agressif, mais ce besoin de prouver qu'il choisissait lui même ce qui était bon ou pas pour lui, ce besoin de marquer sa maturité même s'il restait un pauvre con...c'était presque vital pour lui. Mais le prof se contenta de l'ignorer superbement, adossé à son arbre, tandis qu'il livrait une lutte silencieuse avec sa conscience inexistante. Pauvre blond. Autant dire qu'il ne savait toujours pas quelle partie de lui il devait afficher.


    "Cela ne te regarde pas"

    Le blond sursauta légèrement. Il avait oublié son professeur, qui était resté silencieux une petite minute de trop. Son prof s'était rencogner derrière une barrière. Une technique que tous connaissait, et lui le premier. Des secrets et des choses que personnes ne doivent jamais savoir. Tout le monde en avait. Rayan haussa les épaules. Il se moquait bien de la réponse, il l'avait poser juste comme ça, pour jouer la carte de la curiosité mal placé, parce que cela faisait parti de lui et parce que sinon, le prof risquait de le classer dans la catégorie des « idiots qui veulent se faire remarquer » alors que lui, tout ce qu'il voulait s'était pourrir la vie des autres parce qu'il avait jamais demandé a être ici.

    -Possible en effet... se contenta-t-il de repondre.

    Il tenta encore une fois d'avoir une cigarette. Il se doutait bien que le prof allait l'envoyer sur les roses, peut-être en étant un peu plus agressif d'ailleurs. Ce regard aurait pu l'être. Mais si il s'attendait à ce que son prof lui envoie son paquet, peut-être qu'il aurait eu l'air moins surpris sur le coup. Un non. Il s'attendait à un nom ferme et catégorique, sans possibilité de redemander encore.
    Heureusement, agile et pleins de réflexe, le blond rattrapa facilement le paquet de clopes de son professeur. Un sourire tordu se dessina sur son visage, tandis qu'il donnait un petit coup pour que l'une des sucettes a cancer du paquet pointent le bout de son nez.


    - Une, et c'est la première et la dernière fois que l'on soit clair.

    Rayan la récupéra, et se contenta de lui ramener le paquet. Il avait en fait trop la flemme de le renvoyer, fallait balancer son bras, viser et tout un tas d'autres choses. Non c'était bien trop chiant...il avait pas envie de le faire. Donc il tandis le paquet a son prof, qui le récupéra, et recula d'un pas, puis de deux.
    Sortant un briquet -on se demande ce qu'il peut bien faire avec un briquet sur lui, alors qu'il n'a rien pour aller avec hein...mais il avait prévu de bruler ses livre d’école évidement...non c'est une blague...quoi que- et alluma la cigarette.


    -Vous êtes trop gentil monsieur ! Dit-il d'une voix totalement neutre.

    Pourtant il avait envie de faire le pitre. Il venait d'obtenir du grand Édouard une cigarette. Un exploit, à mettre dans le Guiness Book des record bon sang ! C'est pas tout les jours que ça arrivait ce genre de chose hein ! Pour ne pas dire quasiment jamais !


    - Tu parais bien sage dis-moi. Je t'impressionne peut-être ? 

    Rayan, posa son regard sur le prof, tout en recrachant la fumée de la cigarette. Il laissa planer un silence...puis adressa au prof un sourire. Il fallait jouer à l'élève timide ? Et pourquoi pas ? Ca aurait pu être sympa après tout, de jouer avec son professeur. Mais il était fatigué et il n'en avait pas envie.

    -J'ai pas envie d'vous cassez les pieds aujourd'hui... dit-il en détournant le regard vers...les brin d'herbe par terre.

    Est-ce qu'Edouard l'impressionnait ? En cours pas du tout. Car en cours Rayan avait le chic pour être le plus chiant de sa classe...peut-être avec le brun qui lui servait aussi de coloc' et avait qui il passait le plus clair de son temps a se chamailler pour un rien.


    -Enfin pour le moment.

    Et donc revenons à la question posé. Oui, la tout de suite, le fait d'être seul avec un prof qu'il admirait en secret n'était pas une mince affaire, même pour Rayan.

    -Si j'disais oui, ça vous ferait plaisir ? Demanda-t-il.

    Il pourrait toujours nier. Qui donc pourrait imaginer l’élève turbulent de la classe dorée, calme et docile. Il nierait non seulement qu'on lui avait posé cette question, mais qu'il avait répondu sans y mettre la forme. Le prof avait été ironique sur les bord, mais est-ce qu'il se doutait avoir mis le doigt sur une partie de la vérité ? La suite de la journée répondrait à Rayan, qui posa son regard sur la grosse branche sur laquelle il avait l'habitude de pendre place pour faire un semblant de sieste.

--------------

Une de ma Princesse <3

Merci beaucoup Allen-kun *__*
Spoiler:
 

Ça, c'est de l'amitié Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://little-saint-louis.idfforum.com/
Edouard Nightray

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 04/08/2011
Localisation : En train de fumer sous un arbre.

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Nightray Edouard
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]   Mar 4 Oct - 17:48

La journée qui aurait dut être un véritable moment de tranquillité dans les prairies pour Edouard, venait de s'achevé avec beauté... Un peu trop tôt pour le professeur de chant, mais il n'avait pas vraiment cherché à la conservé. Il aurait pu faire partir l'élève perturbateur où alors IL aurait pu partir sans y faire attention, en l'ignorant avec classe. Quoique... Rayan aurait été capable de le suivre rien que pour emmerder Edouard d'avantage, car c'est ça la particularité de ce gamin : Emmerdé les gens. Mrs Nightray, c'est comme ça que certains élèves l'appelait, ne comprenait pas ces gens qui.. Font tout pour se faire remarqué. Lui qui ne demande qu'à être oublier, il n'arrive pas à savoir ce que cela apportait à beaucoup d'humains. La satisfaction ? La vantardise ? Le fun ? Un jeu ? Un manque ? Personnellement, il se résolvait souvent à comprendre le pourquoi du moment, car tout ceci ne l'intéressait pas tant que ça. De toute façon si Rayan s'amusait à ce petit jeu, Edouard s'en fichait royalement. Ce n'était pas ses histoires et intégré les esprits tordus de certains ne l'intéressait pas du tout. Rayan aurait peut-être trouver un moyen de soûler le professeur si il l'avait ignorer, mais qui sait ce qui se serait passer.. Puisque là ce n'était pas le cas ! Oui en plus de dix minutes, Edouard lui avait adresser plus de phrases que durant sa semaine, sans compter les cours. Si le professeur ne voit pas l'utilité de parler, même durant les un cours, il ne le ferras pas, car il n'aime tout simplement pas ça. De toute manière, il sait que Iris sera toujours là pour parler à sa place. Les élèves ont surement vu un cours de ce prof, où il n'avait pas ouvert la bouche et s'était contenter de regarder Iris faire. Il y a des jour comme ça, mais on y peut rien hein. Pas qu'il soit dépendant d'elle, c'est d'ailleurs l'inverse, elle qui dépends beaucoup de lui. Donc non seulement il lui parlait, mais en plus il avait passer une de ses cigarettes. Vous parlez d'une surprise ! À coup sur, si Iris savait ça, elle ne le croirait pas et rigolerait en disant que c'était tout simplement impossible.

Lui lançant le paquet, Rayan le rattrapa facilement. Dommage ! ça aurait pu être marrant qu'il le loupe et le prenne en pleine tête. Pas assez pour décrocher un sourire à Edouard, mais assez pour qu'il le pense. Notre cher prof se doutait bien que l'élève serait surpris, mais, à ce moment-là, il n'en savait rien vu que son regard n'était pas diriger sur lui et avait repris son 'emplacement' de départ. C'est-à-dire, dirigé vers le ciel bleu. C'est alors que le pensionnaire lui dit une phrase qui ne fit pas du tout plaisir à Edouard, mais si elle était très narcissique.

-Vous êtes trop gentil monsieur !

Gentil ? Edouard ? Une personne au coeur aussi sombre que lui, ne peut tout simplement pas être gentil. C'est juste illogique. Ce grand ténébreux, meurtrier caché était peut-être gentil, mais seulement de façade car la vérité et toujours loin d'être la même partout. Les seules pensées qu'il avait quand il était accompagner était du mépris ou alors un coeur des plus neutres possible. Sans rien derrière. La seule personne qui lui fessait ressentir quelque chose était sa adjointe : Iris. Pour elle, il ressentait quelque chose qui l'avait anéanti : Ce sentiment frivole qu'on appelle l'amour. L'amour pour cette jeune et belle femme, mais pas seulement. Elle lui apprenait ces autres émotions : La peur, le regret, l'angoisse... Et d'autres sentiments de ce genre. Sans même le savoir, elle le lui fessait connaître et cela depuis cette nuit-là. Cette nuit sombre où la dernière petite parcelle de lumière présente en lui venait de s’effondrer. Ce fameux soir où il se détruisit. C'est dans un ton agacé et un murmure qu'il repris tout de suite.

- C'est vraiment la dernière chose que j'ai envie d'entendre...

Rayan laissa un temps de silence quand Edouard lui demanda si ce dernier ne l'impressionnait pas. Le silence était beaucoup présent au rendez-vous du jour ! Enfin quoi de plus normal avec Edouard en compagnon. Je ne le répéterais jamais assez, il n'est pas du style pipelette. Cette phrase il avait dit comme ça, sur un ton très ironique alors savoir si il y 'croyait' été difficile à dire. Par la suite Rayan lui répondit qu'il n'avait pas envie de lui casser les pieds, une phrase bien étrange pour Edouard et allons savoir pourquoi. C'était bizarre venant de ce garçon aux allures d'ange égocentrique. On pourrait même prendre sa température pour voir s'il va vraiment bien ou si sa fièvre n'est pas en train de monter. Bien évidement Ed n'avait pas que ça à faire ! Enfin en ce moment il n'a peut-être que ça à faire, mais ça le gonflerait plus qu'autre chose et c'est tout simplement inutile. Il s'en foutait. Finalement il fini sa phrase avec un 'pas encore'. Super, il ne manquait plus que ça, enfin cette fin correspondait plus au style de Rayan. Enfin bon s'il venait à devenir trop chiant, Edouard ne se prendrait pas la tête bien longtemps. Pour le faire taire, il ne ferait pas comme certains proches crétins qui s'amusent à le coller tout le temps, sans se rendre compte que ça n'a pas d'effet. N'ont-ils pas compris qu'il n'en a rien à foutre ? C'est tellement comique tous ces imbéciles, qu'il ne les méprise que d'avantage et pourtant il sait que sur certains points, il ne vaut pas mieux. Il trouve ça pathétique... Pendre son temps avec un enquiquineur ? Est-ce utile ? Pas du tout, mais ça peut parfois être marrant en y réfléchissant. Rayan fit une enfin sa réponse.

- Si j'disais oui, ça vous ferait plaisir ?

En quoi cela devrait-il lui faire plaisir ? N'importe quoi ! C'est encore plus ironique que sa question. Être impressionner par quelqu'un alors qu'on ne sait rien de lui, qu'on ne sait pas ce qu'il a fait... C'est tout bonnement ridicule. Il a son 'secret' celui que personne ne connait., que personne n'imagine. À moins que ça ne soit son attitude ? Son allure ? Ou son regard qui impressionne ? Si c'est le cas, c'est surement mieux pour lui. On le laisse tranquille et on ne lui cause pas de problème, c'est le mieux qu'il puisse demander. Répondre d'une question par une autre c'est de la triche.

- En quoi cela devrait-il me ferait plaisir ?

Répondre à une question par une autre une autre, c'est typique de ceux qui ne rien à dire ou qu'il ne veulent rien dire sur eux. Edouard un homme mystérieux, on le sait tous ! Il n'a pas pour habitude de parler de sa personne et encore moins avec ses pensionnaires. Même Iris ne sait pas beaucoup de chose sur son 'lourd passé'. Un secret ? Oui. Son secret c'est simplement sa vie elle-même. Pourquoi s'entêter à comprendre son histoire ? Lui ne demande qu'à l'enterrer alors laissons-le tranquille. Arrêtez de poser des questions sur lui ! Il n'y répondra probablement jamais... Car un sentiment lui en empêche. Le regret.

- Répondre à une question, par une question c'est pratique n'est-ce pas ? Je pourrais en déduire que j'ai toucher une part de la réalité ?

Encore une question... Décidément ce n'est pas le jour de notre Edouard ! Pourtant c'est lui qui en pose beaucoup c'est ça qu'il ne comprend pas. Lui qui ne parle pratiquement jamais, arrive 'facilement' à ouvrir la bouche avec ce gamin. Surement parce qu'il est intriguer par sa façon d'agir. Il dit qu'il trouve idiot ceux qui se font trop remarquer, mais il possède tout de même un peu de curiosité.. Comme tout le monde non ? Mais Edouard était-il réellement comme tout le monde ? Encore et toujours des questions... C'est frustrant !

--------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayan MacKallan
~¤~Aimant à problèmes & Rebelle~¤~
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 27
Localisation : Somewhere...

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : MacKallan Rayan, 18 ans
Talents~:
Classe: Classe Dorée

MessageSujet: Re: L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]   Sam 22 Oct - 23:57

    Les gens connaissaient bien Rayan et savait que son passe temps favoris était de pourrir la journée des autres simplement en étant là. Alors vous imaginez bien, que même en week-end ou pendants les rares vacances qui étaient accordées aux pensionnaires, et bien Rayan carburait à la puissance mille !
    Heureusement pour le professeur que le blond était en mode veille pour le moment. Mais on pouvait bien se demander ce que Rayan gagnait a emmerder les autres tout le temps quitte a se prendre des coups ensuite...et bien c'était pourtant une raison simple ! Il imposait aux autres sa présence et sa bêtise comme on lui imposait des choix et des obligations durant toute son enfance, comme on lui avait imposé cette école où il ne voulait pas venir...C'était tout simple.


    -C'est vraiment la dernière chose que j'ai envie d'entendre... 

    Rayan posa sur son professeur de chant un regard pétillant de bonne humeur. Ha ? Et qu'est-ce qu'il en avait faire le blond que le prof n'est pas envie d'entendre ça ? Lui il avait envie de le dire donc il le disait. Après si c'était vrai ou pas, Rayan n'en avait cure. Il ne comptait chercher a savoir pourquoi le professeur lui avait dit, ni se transformer en épaule pour qu'il puisse le conter ses petits malheurs. Et de toutes façon, c'était quasiment source sure qu’Édouard ne le ferait pas. Dans le genre silencieux et personnel, le prof de chant était champion. Peut-être que seule son assistante qu'il regardait parfois avec cet air qui donnait la nausée au blond, était capable de le faire parler plus de cinq seconde par jour. Peut-être pas, comme il lui avait dit précédemment, ça n'était pas ses oignons.

    Répondre à une question par une autre question, c'était bien ce qu'il avait fait jusqu'à maintenant non ? Alors pourquoi Rayan ne pourrait-il pas faire pareil ? Après tout, on prenait exemple sur nos ainés pour se construire nous même ! Oui c'était un raisonnement absurde, digne de Rayan et de la plupart des adolescents turbulents du monde d'aujourd'hui !


    -En quoi cela devrait-il me ferait plaisir ? 

    Rayan eut un sourire. Le sourire d'un gamin qui a envie de s'amuser un peu. Répondre a une question par une autre ça voulait dire beaucoup tout en ne signifiant rien du tout. Les deux étaient plausibles dans ce cas là. Rayan voulait embêter son monde, sans dire grand chose de lui. Et Edouard n'avait pas envie de parler et encore moins envie de parler de lui. C'était noter, le blond le savait mais il n'avait pas envie de laisser son prof tranquille pour autant. Il allait ouvrir la bouche répondre quand Edouard prit de nouveau la parole, clouant sans le vouloir -ou peut-être que si, il l'avait prévu en fait, comment savoir ce qui était vrai avec lui- la bouche de Rayan, qui ouvrit tout grand ses oreilles.

    -Répondre à une question, par une question c'est pratique n'est-ce pas ? Je pourrais en déduire que j'ai toucher une part de la réalité ? 

    Rayan hocha la tête à la première partie de sa phrase. Évidement que c'était pratique, et en plus ça permettait d'enquiquiner les autres en posant une question sans répondre à la leur. Frustrant aussi ! Oui c'était pratique pour celui qui répondait et frustrant pour celui qui attendait une réponse.
    La déduction qui suivit ôta à Rayan toute envie de répondre pendant une longue minute. Il posa son regard émeraude sur le prof, et tourna la tête...vers un brin d'herbe. Il martyrisa du bout de sa chaussure ce dernier, en réfléchissant à quoi dire a cela. Il se contenta de soupirer, avant de dire, sans faire l'effort de croiser de nouveau le regard mordoré de son professeur.


    -C'est fort probable en effet.

    C'était une affirmation à peine déguiser. Lui, le gamin perturbateur et un des nombreux fléau de l'école, avouait en titillant un brin d'herbe innocent, qu'il était un peu impressionner par son prof de chant. Mais en dehors d'une salle de classe dans laquelle il semblait n'avoir de rien ni de personne.

    -Mais même les emmerdeurs ont des points faibles ! Dit-il en haussant les épaules, et en écrasant le brin d'herbe sous sa chaussure.

    Ce pauvre brin d'herbe ne lui avait rien fait et rien demander mais c'était comme ça. On passait sa frustration et ses nerfs comme on pouvait. Se dandiner d'un pied sur l'autre n'était pas le genre de Rayan, même si présentement c'est ce qu'il aurait pu faire pour vraiment exprimer la gène qu'il ressentait.
    Il n'avait pas peur de son prof, mais il éprouvait une sorte de respect admiratif qu'il ne comprenait pas vraiment. Un respect pour une matière qu'il aimait beaucoup et pour le prof qui l'enseignait, même si à l'intérieur des mur de l'école il lui semblait qu'il ne pouvait pas se permettre d'être admiratif des prof et du système scolaire parce que c'est ce qu'on attendait de lui.

--------------

Une de ma Princesse <3

Merci beaucoup Allen-kun *__*
Spoiler:
 

Ça, c'est de l'amitié Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://little-saint-louis.idfforum.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'entends-tu, cette petite voix? [PV Edouard!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jamais mon coeur ne cessera de t'aimer... PV Petite Patte
» Qu'est-ce que c'est que cette petite mine ?
» Chant Lugubre ~ Entends-tu cette plainte lugubre ?
» Winifred - Je ne suis pas folle, c'est une petite voix qui me l'a dit [TERMINEE]
» Entends-tu cette mélodie au loin ? • EN COURS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Are you ready ?  :: Alentours du Pensionnat :: Les prairies & La plage-