AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le soleil revient à Prodiges ! C'est bientôt l'été !
 

Partagez | 
 

 Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Lun 12 Sep - 18:42

*Kabal Vyacheslav Kamaroff. Un nom russe des plus quelconques et deux prénoms bizarroïdes,le tout pour un type d'environ deux mètres,des cheveux plutôt longs de la couleur de l'acier, une bouche fine,plus de soixante quinze kilos de muscles et d os, fringué en noir de pied en cap,transportant un enorme sac aux couleurs de la Makhnovtchina, des mitaines de cuir, des chaussures à mi-chemin entre les rangers de l'armée et des moon boots, une ceinture faite de menottes, un collier de cuir noir à pointes,des yeux cachés par des lunettes de soleil et une clope au bec. Avant même d'avoir franchi les portes du pensionnat, le Sibérien annonçait déja la couleur. Il rajusta son blouson sur ses épaules,son torse couvert par un T-shirt rouge et noir porteur du célèbre "A" anarchiste, et pressa la sonette. Il espérait que le concierge viendrait au moins lui ouvrir...Niet. Au bout de trois minutes et dix neuf secondes, il appuya a nouveau sur le bouton, avec plus de force, sans quitter des yeux les élèves dans la cour. Deux minutes dix sept passèrent sans que personne ne vienne... *

~solution bis~


* Kabal roula des épaules, occasionnant une série de craquement de ses articulations, croisa les bras sur son torse, et ses coudes craquèrent aussi, puis il referma ses poings un fugitif instant. Son surnom de "mitrailleur" lui avait été donné en grande partie a cause de cette faculté à se désarticuler. Il prit un pas d'élan et envoya son poing droit dans les grilles, occasionnant un bruit de feraille qui résonna dans toute la cour. Un élève avertirait surement quelqu'un qu'un type louche s'evertuait a frapper dans les grilles. Le bruit semblait avoir attiré l attention de quelques élèves. Kabal abaissa donc son poing, tandis que sa peau d un blanc pale ressentait déja les effets du soleil. Il crevait de chaud. La nostalgie de sa Sibérie natale l'emporta, et il sortit de son sac une bouteille non étiquetée,avala une gorgée du liquide transparent, secoua la tete et rangea le récipient après avoir pris garde de bien le refermer. La "mort sibérienne" n'était autre qu'un alcool que faisait sa famille, une sorte de liquide désherbant à base de vodka et de résine de pin. En guise de piège a ours ou de décapant, ça fonctionnait aussi plutot bien. L'expression employée par son père la première fois qu'il en avait bu lui revint en mémoire. *

~On est russe ou on ne l'est pas, et ici, on ne l'est pas. On est Sibérien, et c'est encore mieux ~
*Sans lacher la cour et les élèves du regard, Kabal avait déja choisi sa première cible. L administration. Il espérait que les curieux dans la cour ne poseraient pas trop de questions, et comme le temps passait et que personne ne venait, il frappa à nouveau dans le portail. Sa main émit un drole de crquement, et il la remit en place dans un petite mimique d'inconfort. Surement un os du poignet qui avait laché. La médecine "personelle" l'avait toujours réparé, ça n'allait pas commencer à lui faire défaut à 25 ans.*

~t'avais raison,mon vieux. On est russe ou on ne l'est pas. Mais c'est en Sibérie qu'on trouve les vrais hommes...~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Mar 13 Sep - 18:11

La pause de dix-heures avait sonné, les élèves étaient sortis par gros tas comme si l'on avait ouvert les grilles de leur prison, chaque groupe de personnes s'étaient posés dans son coin attitré. Dans la court il y avait pas mal de chahut, surtout avec l'explosion du nombre de rebelles inscrits au pensionnat.
Dans un coin de la cour il restait un endroit calme et presque vide, seul un banc d'un gris incertain était posé. Il y avait quelqu'un une personne qui se repérait à des kilomètres de par son manque de goût pour les vêtements et par l'étrange couleur de ses cheveux. En effet Gracia attirait l'œil, aujourd'hui comme tout les autres jours elle sentait le regard pesant des autres, pourtant elle n'avait jamais fait des choses pour qu'on la remarque, aujourd'hui elle s'était vêtue d'un pull informe de couleur vert, un jean délavé et des basket, rien d'extravagant pour dire mais c'était surtout ses cheveux que l'on voyait tout de suite, une fille aux cheveux gris/bleu ça ne court pas les rues et encore moins si elle a des yeux anthracite.
Gracia se sentit mal, elle avait l'habitude de ce genre de regards et des messes basses que les gens faisaient en l'observant, mais elle avait de plus en plus de mal à supporter ça. Assise sur son banc, les jambes pliées de façon à ce que cela face office de pupitre pour les documents qu'elle tenait, elle les fixait cherchant à comprendre le sens des phrases, cela faisait une dizaine de fois qu'elle relisait cette fausse lettre de demande d'adoption, et ce relevé de compte attestant que monsieur et madame Mezeko avaient reçu de l'argent de la part du laboratoire de recherche Lambda quand Gracia avait cinq mois, puis elle observa la lettre où il était question de l'adoption d'une fille de huit ans, elle fronça les sourcils, une preuve de plus !

Soudain, au moment précis où elle allait entourer l'âge marqué, un bruit de choc métallique se fit entendre, Gracia leva la tête et vit un jeune homme qui attendait devant la grille, et à première vue il ne semblait pas être d'une grande patience. à cause des barreaux, la jeune artiste ne pu pas le détailler, elle vit juste qu'il semblait porter du noir mais c'était tout, Gracia regarda autours d'elle pour voir si par hasard il n'y aurait pas un surveillant ou n'importe quelle personne de l'administration susceptible d'ouvrir au nouveau venu, mais en l'occurrence il n'y avait personne...
Elle soupira mais ne bougea pas reprenant sa lecture, elle se disait qu'un adulte finirait bien par arriver et lui ouvrir, mais elle se rendit compte qu'en étant seule et aussi "joliment" habillée elle se ferait remarquer. Cette pensée fit son petit bonhomme de chemin dans sa tête et elle finit par s'y incruster lui faisant oublier ses recherches.

Un second bruit métallique retentit. Un deuxième coup. Dans la cour le silence c'était fait, plus personne n'osait bouger ni parler, tout le monde observait cet homme frapper sur la grille. Gracia souffla pour se donner contenance puis partit à la rencontre d'un des concierges, celui-ci dit qu'il arrivait tout de suite, Gracia revint dans la cour, les jeunes la dévisageait d'un drôle d'air, un peu comme si il lui disait "pourquoi t'as fait ça ?"
Pourquoi ?
Elle n'en savait trop rien, mais elle se rendit soudain compte qu'elle avait peut-être fait la pire bêtise du siècle en se montrant. Elle marcha rapidement vers un coin où elle était à l'abri, l'endroit en question était près d'un buisson taillé en forme de cône, elle tenta de réfréner son pouls qui s'était accéléré dangereusement. Instinctivement elle chercha ses documents pour pouvoir se calmer en réfléchissant, mais elle se souvint qu'elle avait tout laisser sur le banc.
Ses yeux gris foncé s'agrandirent d'effroi, les documents confidentiels !

"Oh, non..."

Elle vit que le concierge était en train d'ouvrir au grand inconnu, profitant de la stupeur générale elle avança vers le banc non sans faire de bruits à cause du gravier de la cour. La timide poétesse prit ses feuilles et les plaqua contre sa poitrine comme un trésor inestimable qu'il fallait protéger de sa propre vie.
Gracia entendit les bruits de pas du nouveau, elle se doutait qu'il ne lui accorderait aucune importance, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être angoissée.
Les élèves ne bougeaient plus, c'est à peine s'ils respiraient. Seuls quelques rebelles se parlaient mais même là ils avaient prit le parti du chuchotement, c'était étrange qu'une seule personne puisse faire taire tout un établissement.
Quand tout sembla tout ce passer pour le mieux, Gracia perdit l'équilibre et tomba éparpillant ses documents en même temps, elle lança un rapide regard derrière elle et vit que un des garçons populaire avait une fronde qui dépassait de sa poche de jean. Elle avait la tête baissée espérant de tout cœur ne pas avoir été remarquée mais vu tout les éléments qui s'enchainaient, il y avait peu de chance pour que sa demande devienne réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Mar 13 Sep - 19:48

Le portail s'ouvrit enfin, et Kabal montra sa lettre de recommanfation au concierge [PNJ] avant de se diriger d'un pas décidé vers la jeune fille aux cheveux bleu-gris. poutquoi vers elle? !il l avait vu aller à la rencontre du concierge pour désigner le portail. Il avait aussi identifié un jeune homme qui venait de décocher une pierre à celle qui avait permis a Kabal d entrer dans l etablissement. Son code personnel lui dicta de faire comprendre a cet abruti qu'il ferait mieux de ne pas recommencer. un doublé rapide coude-poing frappa le jeune homme au thorax. il s'effondra , toussotant, tandis que Kabal aidait la jeune fille a ramassait ses papiers, et l'aida a se relever.Il esquissa un sourire, tandis que l'autre était à terre. Kabal avait pris l'habitude de frapper vite et discrètement la ou ça faisait mal. Les yeux du jeune combattant étaient toujours cachés par ces lunettes de soleil tandis qu'un petit groupe s'était formé autour du jeune homme haletant. Il aida donc cette jolie jeune fille a se relever, la tirant d'une main amicale. Sa voix grave et son accent Sibérien se firent entendre quand il redonna ses fiches à celle qui lui faisait face.

- Je doute que ce gamin ne t importune à nouveau...Si il recommence, viens me chercher, j'aime que les choses soient claires...

Observant plus attentivement la jeune fille, il eut du mal à distinguer l exacte couleur des yeux de son interlocutrice. Elle l'avait aidé à entrer, elle pouvait bien voir ses yeux en contrepartie. Pour quelqu'un qui ne connaissait pas Kabal, cela ne signifiait rien. Mais pour lui, il s'agissait la d une marque de confiance. Dans un mouvement fluide, il ôta ses lunettes, et ajuta sa coifure pour que seule son interlocutrice puisse voir la particularité oculaire qui lui vallait l admiration de tout un tas de filles...Et dont il se moquait éperduement, préférant rester celibataire. Il devrait bien regarder les filles un jour, mais pour l'instant,il resterait seul.Il dévoila ses sublimes yeux vairons, l'un bleu marine, l'autre d'un vert d'emeraude. En effet, la pigmentation de ceux de sa future camarade était pour le moins particulière. Le sibérien sourit en constatant que les cheveux de la jeune fille étaient d'une couleur semblable aux siens, et remit ses lunettes sans teint, fonçant sa vision, faisant office de miroir pour les autres; et se présenta, sans essayer de masquer son accent, mais cacha son prénom "officiel". Il détestait qu'on l apelle Kabal. Il tendit à nouveau sa main à la belle jeune fille qui lui avait évité de devoir faire usage du Parkour pour passer le portail, cette fois on pas pour la relever, mais pour la saluer

- J'm'apelle Vytcheslav Makaroff. Mais tu peux m apeller Vyat' ou Vlad'. Merci de m'avoir empéché de croupir dehors, je commençais a m impatienter,et il aurait été mal vu de passer par dessus ce fichu portail...Mais pourquoi vous m'regardez tous comme ça, vous autres? Vous n'avez rien d autre a faire que de me dévisager? C'est toujours pareil...

Bon, OK, il était plus que probable que les élèves n'aient jamais vu un géant bizarre comme lui, mais tout de même...De sa main libre, il jeta son megot dans la poubelle a coté de lui. Son énorme sac toujours sur l'épaule, il jeta un regard au petit plaisantin qui venait de se relever, et détalait sans demander son reste. Du haut de ses deux mètres approximatifs, il dépassait presque tout le monde d une tête. Dire qu'il était certainement l eleve le plus agé...Il chassa cette idée de sa tête. Il avait repéré l endroit le plus tranquille de la ville proche, le cimetière, et après avoir fait une petite pose la bas,il était reparti vers cette saleté de pensionnat. Lui voulait continuer sur sa lancée, voué a une belle carrière militaire, mais ses parents, dieu qu'il les haïssait en cet instant bien qu'ils aient raison, avait argumenté qu'on se battait autant avec son corps qu'avec sa tête, il avait donc consenti a venir ici, ou il pourrait user et abuser de la patience de ses professeurs, de sa faculté à se faire respecter a peu près partout, et surtout, du gymnase. Entrainement serait le maître mot cette année, et quand il aurait fini (outre le voyage retour osaka-Beijing de deux heures, et celui Beijing-Leningrad de huit, puis Leningrad-Forets de Komi, trois heures supp'),il se haterait de retourner a son poste d instructeur dans le régiment voisin. Mais pour l'heure, il attendait une réponse de cette jeune fille dont il serrait la main depuis deux bonnes secondes, en plein milieu d'un groupement d élève en pleine dispersion aprè les paroles du Sibérien. Ca, si il voulait la paix, il l aurait sans problemes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Mer 14 Sep - 14:59

Les évènements s'enchaînèrent trop rapidement pour que Gracia comprenne ce qu'il se passait. Avant qu'elle ait pu dire quoi que ce soit, le garçon populaire qui lui avait lancé le projectile se retrouva plié en deux sur le sol cherchant désespérément de l'air et gémissant de douleur. Et avant même que son esprit fasse le tri, la jeune artiste se retrouva face au nouvel arrivant, il l'aida à rassembler ses feuilles et à se relever par la même occasion.

- Je doute que ce gamin ne t'importune à nouveau... Si il recommence, viens me chercher, j'aime que les choses soient claires...

Gracia ne sut quoi répondre, elle se demanda si elle devait le remercier ou s'enfuir, quoi que la question pouvait paraître totalement absurde, il l'avait aidé et pas rabaissé parce qu'elle s'était lamentablement écroulée. Mais elle était face à un homme grand, très grand d'ailleurs... Plutôt imposant, il avait plus une stature de garde du corps ou de mafieux que celle d'un étudiant prodigieux, à n'en pas douter vu ses vêtements noirs et à première vue, tout en cuir, il, devait faire parti des rebelles.
Malgré le fait que son angoisse persistait, la jeune fille releva les yeux et fut surprise de trouver un oeil bleu et un autre vert émeraude, pourtant elle aurait juré qu'il portait des lunettes de soleil, peut-être les avaient-ils enlevé pendant qu'elle réfléchissait...
Sans s'en rendre compte, un peu comme en guise de réponse, Gracia passa une de ses mèches de cheveux cachant ses yeux derrière son oreille mettant à jour ses yeux d'un gris foncé mélangé à du bleu marine, couleur si caractéristique que l'on appelle "anthracite". L'homme qui lui faisait face remit ses lunettes, et l'artiste ne put que contempler son reflet, il était impossible de discerner quoi que ce soit derrière ce verre. Il tendit la main pour la saluer, après une hésitation elle la serra à son tour.

- J'm'apelle Vyatcheslav Makaroff. Mais tu peux m apeller Vyat' ou Vlad'. Merci de m'avoir empéché de croupir dehors, je commençais a m'impatienter, et il aurait été mal vu de passer par dessus ce fichu portail... Mais pourquoi vous m'regardez tous comme ça, vous autres ? Vous n'avez rien d autre a faire que de me dévisager ? C'est toujours pareil...

Gracia tendit l'oreille, le dit Vyat' possédait un accent chantant, il devait venir des pays qui entouraient la Russie parce qu'elle n'avait jamais entendu d'autres personnes avec cet accent autres que ceux vivant en Russie.
A la fin de sa seconde phrase, la jeune fille aux cheveux gris regarda autour d'elle et vit qu'en effet, les autres adolescents les observait avec un air interrogateur, certains semblaient apeurés et on pouvait déceler des traces de jalousie dans le regard des filles les plus riches. Ce dernier point étonna quelques peu la frêle jeune fille, les autres personnes de la gente féminine faisant partie du pensionnat n'avait rien à lui envier et puis, il l'avait seulement aidé rien de plus.
Pendant que les étudiants se dispersaient, la jeune fille chercha que dire, peut-être commencer par le remercier ou par se présenter, ce serait déjà un bon début.

- Enchanté. Je suis Gracia Mezeko... Je... Je te dis merci pour m'avoir aidé, mais je ne pense pas que ce garçon reviendra de sitôt.

La jeune adolescente avait volontairement omit son deuxième prénom : Dulcibella, qu'on peut traduire par "douce et belle" ou encore "belle douceur" déjà que Gracia n'était pas forcément un prénom très facile à porter elle n'allait pas en rajouter par dessus. De sa main libre, elle joua avec la chaîne qui descendait du collier qui lui prenait le cou, c'était un geste qu'elle faisait toujours quand elle était anxieuse, ne parlant pas beaucoup elle avait un peu de mal à s'exprimer.

- Pour le portail ce n'est rien... J'ai seulement fait ce que je pensais qu'il fallait faire, mais même si je ne l'aurais pas fait quelqu'un d'autres l'aurait fait, il n'a pas vraiment lieu de me remercier... Mais, j'apprécie quand même...

Gracia sourit doucement, une sorte de sourire qui se voulait rassurant mais qui accentuait son allure frêle, bien sûr elle ne pouvait le dire habituellement mais là elle put voir l'allure que lui donnait un sourire dans les verres des lunettes de soleil de Vlad', et son sourire disparut, elle tourna la tête et fixa un point qu'elle seule pouvait voir.










[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Mer 14 Sep - 15:53

Gracia se releva, et prit la main que lui tendait Kabal, puis se présenta avant de banaliser le fait qu'elle avait empéché un futur élève de moisir devant un portail.La politesse "vieu jeu" qu'on se transmettait dans la famille de Kabal lui revint, et il changea sa prise sur la main de la jeune fille, puis, à la surprise générale, lui fit un baisemain. Banal pour lui, rageant pour les autres filles qui regardaient la scène...Et pour Gracia, qui ne semblait pas non plus avoir l'habitude de cette façon archaique de saluer une personne de la gent féminine a l egard de qui on souhaitait manifester son amitié d'une manière des plus polies. Kabal se redressa, voyant que la jeune ado avait tourné la tête, le regard dans le vague. Son rire, clair comme le cristal, se fit doucement entandre.

- Troublée, ou simplement pas habituée à parler? J'avais la même mimique, plus jeune.


Bien pu de gens pouvaient se vanter d'avoir déja parlé à Kabal de manière si amicale. En effet, le jeune adulte était plutot dédaigneux et agressif en règle générale, et si il n'avait pas remarqué que cette jeune fille au physique particulier soit laissée à l'ecart, ou plutot, s'isolait volontairement, comme lui jusqu'à ses dix neuf ans ( âge auquel il avait pris conscience qu c'était bien de savoir se défendre, mais c'était mieux encore de l'affirmer. Cachant ses talents a ses professeurs, Kabal ne les montrait en général qu'à ceux qui jalousaient sa force et son physique quasi-parfait, et jamais par amitié, il était déja anarchiste, il était devenu pire. Pas facile à imaginer quand c'est raconté par une tierce personne, mais rien qu'apercevoir une infime partie de son caractère rebelle faisait comprendre qu'il vallait mieux filer "queue entre les jambes" quand il rappliquait.) . Il n'avait toujours voué sa vie à dénigrer ceux qui n'étaient pas de son avis... Sauf les filles, galanterie obligean. Enfin, il faiait une exception pour les professeurs et celles qui lui posaient vraiment des problemes, bien qu'au fil du temps, sa manière de regarder les gens dépendait de sa première impression, et , en règle générale, il trouvait les filles ininteressantes et execrait le fait qu'elles entretiennent une image, soit de petite poupée, soit de princesses, soit de racaille de bac à sable. Et lorsqu'une fille sentait le regard bicolore posé sur elle, même a travers les lunettes impénétrables, rien qu'à l'idée qu'elle pouvait se faire du regard qu'il lui portat, il arrivait souvent qu'un frémissement parcoure son corps, et, dans les pires cas, il était arrivé que Kabal puisse observer des évanouissements, ou du mal a contenir sa vessie, voire les deux. Mais à l'egard de cette jeune femme, il semblait se reconnaitre en elle, bien qu'il fut certain, à sa carrure et a son timbre de voix qu'elle eut d autres talents que lui. Il souriait, tandis qu'elle regardait ailleurs.Il avait aussi toujours eu cette manie, quand il ne voulait pas parler à quelqu'un ou ne se sentait pas à l'aise. Il continua néanmoins de lui parler, histoire de la décrisper, elle semblait avoir du mal avec les mots.

- Enchanté de te rencontrer, Gracia. Sans incorrection, j dois dire que tu portes plutôt bien ton prénom Première arme pour adresser la parole a un femme, la flatterie. Sincère depréférence, mais Kabal ne se aisait pas de souci de ce coté là; Kabal t le mensonge n'avaient jamais eu l'occasion de se cotoyer correctement. Je vais très certainement paraître grossier, et si tu ne souhaites pas répondre, tu est en droit de ne pas le faire, mais... Pourquoi restes-tu à l ecart? Je comprends qu'on puisse s'isoler pour ne pas faire de dégats, mais, sans vouloir t offenser, je doute fortement que c'en soit la raison...

Seconde technique, et grand classique: inviter quelqu'un a ne pas répondre introduisait toujours une grande dsicussion. Le sujet aurait pu etre meilleur, mais Kabal avait toujours des idées plus tordues les unes que les autres. c'st donc en souriant qu'il attendait une répone dans la tiédeur de la matinée automnale. Qui pour lui étaitune véritable fournaise,comme tujours en dessus de moins vingt cinq degrés.



[HRP: désolé, pasd'inspi T_T ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Jeu 15 Sep - 16:49

Profondément troublée. Voilà ce que pensait Gracia actuellement, sans qu'il avertisse de quoi que ce soit, Vlad' s'était penché et lui avait fait un baisemain, ne sachant pas vraiment comment réagir fasse à une situation pareille, elle prit le parti de regarder ailleurs histoire d'essayer de mettre ses idées au clair.

- Troublée, ou simplement pas habituée à parler ? J'avais la même mimique, plus jeune.

Tout en continuant de regarder dans le vague, la jeune fille pâlit brusquement, enfin elle rougit aussi un peu. Elle avait maintenant l'impression d'être totalement dévoilée, à peine avait-elle tourné la tête qu'il avait trouvé ce qui se passait. Elle était un peu bluffé de cette façon à lire dans les gestes mais elle ressentait une sorte de honte parce qu'elle d'habitude si impassible - sauf quand on lui demandait des explications sur son passé où à ce moment là elle se décomposait - était à présent un livre ouvert, un livre où tout était écrit, encore que avec un peu de chance Vlad' ne serait pas médium et ne pourrait pas lire dans sa vie antérieure.

- Enchanté de te rencontrer, Gracia. Sans incorrection, j dois dire que tu portes plutôt bien ton prénom.

Cette fois, la jeune fille tourna le tête vers lui, dans son regard on lisait l'interrogation. N'ayant jamais fait confiance aux hommes depuis son enfance chez les scientifiques, elle se demandait si il disait la vérité où si il cherchait à l'amadouer, ça elle était bien incapable de le dire... Et ça la dérangeait car il lisait sur son visage mais elle, elle ne pouvait pas à cause des lunettes de soleil que le jeune homme portait, ce n'était pas vraiment équitable à ce compte là, mais ce n'était pas un jeu non plus... Du moins c'est ce qu'elle espérait.

- Je vais très certainement paraître grossier, et si tu ne souhaites pas répondre, tu est en droit de ne pas le faire, mais... Pourquoi restes-tu à l'écart ? Je comprends qu'on puisse s'isoler pour ne pas faire de dégâts, mais, sans vouloir t'offenser, je doute fortement que c'en soit la raison...

Ainsi donc, il l'avait remarqué depuis le début, du coin de l'œil elle observa son accoutrement, cela n'était pas très étonnant qu'on la remarque en effet...
Gracia soupira discrètement, elle n'était pas sûre qu'il comprenne...


- Je reste seule tout simplement parce que... Parce que je n'ai pas le temps de me trouver des amis, j'ai des choses plus importantes à faire que de trouver des gens à qui parler. Les personnes que l'on appelle "ami" ne sont ni plus ni moins que des personnes normales qui finiront un jour par nous trahir pour leur compte... Et puis, peu de pensionnaires aiment les artistes et donc ils passent leur temps à nous rabaisser, c'est pour ça que j'apprécie la solitude.

Tout en parlant Gracia serra les documents contre sa poitrine, ces documents falsifiés c'était le résumé de sa vie, sa fausse vie, l'identité qu'on avait voulu lui donner quand elle avait quinze ans. Elle n'espérait qu'une chose à présent, savoir. Oui, savoir. Dès-qu'elle saurait elle pourra enfin faire une croix sur son passé et regarder devant, avoir le droit de penser à un bel avenir. Actuellement ce n'était pas le cas, il lui manquait pas mal de pièces pour pouvoir faire éclater la vérité, faire juger les chercheurs du laboratoire Lambda et la famille Flandrez par la même occasion.
Se rendant compte qu'elle s'enfonçait dans des souvenirs peut joyeux, elle donna un coup de tête comme pour remettre une mèche en place puis leva le visage vers l'homme face à elle essayant de garder une expression neutre, enfin elle effectuait une sorte de mimique qui associait l'anxiété, la neutralité, la peur et la tristesse, tout se confondait dans les yeux de la frêle artiste.


Revenir en haut Aller en bas
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Jeu 15 Sep - 18:15

En fait, Kabal avait dès le début de son observation de la cour repéré les deux ou trois élèves qui s'isolaient. Et, aidé par son habitude à lire dans la gestuelle plus que dans les paroles,Kabal avait bien compris que s'il ne voulait pas passer pour un idiot, il avait tout intéret à ce que la discussion continue. Plus maintenant. Celle qui lui faisait face avait un visage exprimant un cocktail de sentiments que le jeune (enfin, pas pour les élèves) rebelle ne souhaitait jamais voir apparaitre sur aucun visage. Anxiété, peur e t tristesse. Le visage de Kabal n'affichait rien, mais derrière les lunettes de soleil, ses yeux auraient pu permettre de lire de la compassion. Et de la rage. Il ne savait pas exactement ce qu'avait cette jeune fille, pas du tout, à vrai dire, et ça le faisait enrager, tout comme le fait qu'il savait qu'il devait changer de sujet en vitesse, et donc clore les quetions sur elle, et opter pour une autre solution: le changement de sujet.

Ca, il n'avait jamais été doué pour le faire, surtout face à quelqu'un qui ne lui cachait pas ses émotions. Kabal n'avait jamais ouvert son coeur à personne, et les personnes qui l'entouraient n'avaient fait que cacher leurs émotions. Parceque le sibérien en jouait aussi bien qu'il se battait. Mais il ne le ferait pas. Pas avec elle. Sous des airs de jeune fille frêle, prête à s'envoler au moinre coup de vent, le soviétique pouvait sentir la force de caractère de cette personne. Il doutat que lui même en aie autant, a vant de chasser cette idée de sa tête, convaincu depuis tout jeune que personne ne pouvait surpasser un sibérien. Il entendit cette phrase qu'il n'aurait jamais cru entendre de la bouche de quelqu'un d'autre qu'un instructeur gueulard comme lui.


-Les personnes que l'on apelle amis ne sont ni plus ni moins que des personnes normales qui finiront par vous trahir pour leur compte.


C'est donc face a quelqu'un qui partageait plusieurs points communs avec lui qu'il se trouvait. Rien que ça le fit sourire malgré le maëlstrom de sentiments qui secouaient son esprit. Ca le mettait aussi en rogne. Parcequ'il n'avait pas l habitude d'une telle situation. Et qu'il avait tot fait de s'énerver pour un oui ou pour un non.

~ Super pratiques ces lunettes! il faudra que je fasse faire des montures en titane...~

efectivement,rien de tel pour cacher ses sentiments. Bon, il était rouge. Pas d'un coup de soleil, mais il crevait de chaud. Il trouva ainsi l'occasion de changer de sujet.

- Ne t'en fais pas, Gracia, d'ici une semaine, je crois que les artistes seront respectés. J'aime bien défendre mes talents, et je ne suis jamais allé nulle part ou je n'ai pas réussi à faire changer les mentalités comme je le voulais... Aurais-tu l'amabilité de m'indiquer le hall? Il faudrait que j'aille récupérer ma chambre,ma guitare, et eventuellement, mon dossier scolaire...


Son sourire amusé se transforma en sourire amical, et il ouvrit son blouson, laissant voir sept impressionnantes barres d'abdominaux qui ressortaient sur le T-shirt moulant qu'il portait. Il adorait les fringues près du corps, ça mettait ses muscles en valeur sans les empécher de bouger. Il plongea les mains dans ses poches et les ressortit, chaque doigt couvert d'un "doigt d'armure" stylisé en argent. Crane, tete de loup, tete d'ours, griffe, plaques d'argent gravées, et un pentacle venaient respectivement orner chacune de ses parures, qui se prolongeaient en un filet d'argent ressemblant à des côtes humaines pour finir en une pointe à l'extémité de chacun de ses doigts, qui semblaient s etre rallongés de deux centimètres chacun. du travail d'artisan expérimenté, et aparemment , du solide. Toujours paraitre imposant quand on va voir les personels d'etablissement scolaires.Ca permet d etre tranquille sur les formalités. Il attendait une réponse de Gracia, faisant bouger ses doigts dans une rafale de cliquetis semblables à ceux d'ossements humains. Cette année allait etre interessante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Ven 16 Sep - 15:33

- Ne t'en fais pas, Gracia, d'ici une semaine, je crois que les artistes seront respectés. J'aime bien défendre mes talents, et je ne suis jamais allé nulle part ou je n'ai pas réussi à faire changer les mentalités comme je le voulais... Aurais-tu l'amabilité de m'indiquer le hall ? Il faudrait que j'aille récupérer ma chambre, ma guitare, et éventuellement, mon dossier scolaire...

La jeune fille haussa un sourcil, elle ne savait plus quoi penser à présent puisqu'elle ne comprenait pas très bien où il voulait en venir, elle se demandait d'ailleurs pourquoi un rebelle aussi imposant que Vlad' ne cherchait pas à la balayer et la mettre à genou face à lui, évidemment elle se garda bien de faire part de ses interrogations...
Il lui demanda soudain où se trouvait le hall, Gracia fit une moue dubitative, il y avait un panneau non-loin qui indiquait d'une flèche l'endroit précis...
Il ne devait tout simplement pas l'avoir remarqué et puis voilà mais tout de même pour quelqu'un qui remarquait des détails comme où se trouvait les personnes seules, il était étrange qu'il n'ai pas vu un panneau aussi voyant...

- C'est juste ici pour le hall,dit-elle en indiquant d'un geste de la main l'entrée. Et, si tu veux ton dossier scolaire il faut passer par le secrétariat ou l'administration et donc monter les escaliers de droite, le reste est écrit sur les portes.

Gracia se rappela soudain qu'il avait parlé de guitare, il était un peu musicien du coup mais avec une guitare l'on pouvait faire beaucoup de style différents mais elle l'imaginait plutôt en train de jouer du Metal ou quelque chose dans le genre de Marilyn Manson, il avait plus la carrure pour faire dans ces style là plutôt que dans les sérénades. Mais comme on dit "l'habit ne fait pas la moine" et la jeune artiste était un bon exemple pour représenter cette citation, à première vu on ne l'imagine pas auteur de poèmes glauques.
Soudain il ouvrit la fermeture éclair de son blouson laissant apparaître des abdominaux qui à première vue semblaient incroyablement développés, malgré elle Gracia se retrouva les joues rouges, sentant son sang lui monter au visage elle fit en sorte que ses longues mèches la cache un temps soit peu, juste le moment qu'elle mette pour retrouver son teint normal.
Puis le jeune homme plongea les mains dans ses poches et se retrouva avec une sorte d'armure sur chacun de ses doigts, vu les détails cela provenait surement d'une personne expérimenté en la matière. Elle songea qu'elle aussi possédait ce genre de chose mais pas aux mains, et pour elle ils étaient impossibles de les enlevé à moins d'y dessouder...
Gracia commençait à se sentir un peu "petite" par rapport à Vlad' et songeant qu'il allait devoir chercher ses affaires et s'installer, elle ferait mieux de ne pas lui faire perdre de temps.

- Je ne vais pas te faire perdre de temps plus longtemps... Aurevoir, peut-être à bientôt...

La jeune artiste sourit faiblement puis repartit vers le banc sur lequel elle était au début. N'ayant plus envie de trouver des indices pour le futur procès, elle commença à dessiner une main fine qui tenait un révolver et une tache de sang à ses côtés et sur une autre feuille écrit la trame d'un nouveau poème...

Revenir en haut Aller en bas
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Ven 16 Sep - 17:14

Kabal sourit en voyant la jeune fille rougir. Il n'avait strictement rien contre elle, l'appréciait, même, mais en tout bon loubard, il venait clairement d'afficher que c'était lui le patron. il n'était pas du genre à soumettre les gens d'un coup. Kabal était un manipulateur, dont les ùuscles autant que la voix étaient des armes de soumission redoutable. Gracia lui indiqua gentiment ou était le hall, et l adinistration. C'est en se retournant qu'il manqua e buter contrele panneau indiquant ce qu'il cherchait qu'il se rendit compte de sa bêtise, qui, en temps de guerre, aurait pu lui couter la vie: ne ps observer leterrain, mais juste les personnes présentes dessus. Apres un juron relativement sophistiqué en russe, qu'un linguiste aurait traduit par...Nan,j'vai eviter de vous choquer, après, donc ce juron, se retourna, à temps pour apercevoir un dessin. Une main tenant un revolver. Non,le mot dessin n'était pas approprié...Un chef d'oeuvre. Une main parfaite, et une arme qui semblait sortir du dessin. La, elle marquait un point, Kabal n'ait jamais vu quelque chose d'aussi bien dessinné à une telle vitesse. Il lança un dernier regard à Gracia avant de progresser vers l'administration. urson passage, les garçons s'écartaient, et les filles...Jasaient. Une, plus téméraire que les autres vint à s'approcher de lui pour lui demander si il avait un nom. La réponse, toujours aussi frustrante, fut accompagné de ce qu'on pouvait appeller le "Stoner looking", en général, les gens se pétrifiaent sur place envoyant leur propre reflet secondé de la présence glaciale du regard bicolore, et ourtant invisible pour les autres.

-Oui. J'ai un nom.

Apres trois secondes d observation entre cette fille, plutot jolie, aux yeux d'azur et lui, il continua son chemin; Un regard en arrière lui confirma qu'il n'avait pas perdu le "coup d'oeil" : elle restait immobile,fixant le lointain, dans la direction ou se trouvait Kabal un instant plus tôt. Les boots ferrées du jeune rebelle claquaient contrele sol, tandis que la chaine à son côté et ses parures de doigt cliquetaient. Mystérieux, beau gosse et impressionnant. Kabal dans toute sa splendeur...Enfin, pas encore, il n'vait pas sorti ses butterfly blades de leurs étuis, et n'avait eu qu'a porter deux coups a quelqu'un. Une matinée faible en rebondissements martiaux! c'est avec emportement qu'il ouvrit la porte qui indiquait qu'il arrivait au secretariat, regardant haque personne qui s'y trouvait. Un "regard robocop" avant d'entrer quelque part c'était la surie.

- Vous venez chercher votre dossier scolaire?
- Que viendrais-je faire d'autre? A part venir vous regarder travailler, et j'ai aure chose à faire. Kamaroff.
-Alors... kamaroff...Kab'...
- Vyacheslav.
- Ah, je suis désolé, il y a marqué K. vyacheslav Kamaroff; c'est le premier prénom donné. Imaginez apeller quelqu'un Dulcibella...
-[color=darkblue] Jimagine parfaitement, mais ce n'estcertainement pas vous qui méritez ce nom.[/colo]


Kabal arracha son dossier des mains de la femme qui lui faisait face. Ne jamais l'appeker par son premier prénom. C'était la règle numéro 1. Kabal ressortit donc,dossier en main. Nouveau regard "oboocop". Gracia n'avait pas bougé, maiss l'ex-stone s'était enfuie. heureseent pour elle.Il repassa devant l'adolescente aux cheveux gris-bleu, et s'arréta devant elle, de manière à ce que le soleil continuee d'illuminer son corps et sa feuille. Il la regardait écrire. Au bout d une trentaine de secondes, un gronndement s'éleva de sa gorge. un vrombissement,plus précisément. Il suivait le rythme de l'hymne russe. Le grondement mélodieux semblait etre fait par plusieurs personnesà la fois, comme un choeur entier, imposant, qui montait et redescendait au gré des notes del'hymne du pays de Vyacheslav. Il espérait se faire remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Ven 16 Sep - 19:05

Gracia cherchait tout en mâchouillant le bout de son crayon, décidément l'inspiration n'était pas avec elle en se moment, d'habitude les mots défilent dans sa tête et elle les ajoutent les uns aus autres pour former des phrases, et phrase par phrase finit par avoir un poème.
Sauf que là quelque chose n'allait pas, il lui manquait son sujet, elle avait mainte fois essayé de coucher son passé sur une feuille sous forme de poésie mais elle n'y était jamais arrivée... Elle regarda vers le hall où avait disparut Vlad', elle avait remarqué qu'à peine était-il entré que pas mal de regards s'étaient posés sur elle, certains étaient dédaigneux et elle avait vu certains faire craquer leurs doigts comme pour la frapper mais aucun ne s'avança, du moins, ils ne s'étaient pas encore décidés à lui faire mal.

Bien décidée pourtant à finir son œuvre écrite, elle replongea dans ses pensées puis comprenant qu'elle n'y arriverait pas elle choisit de feuilleter son dossier médical du jour où elle était entrée à l'hôpital, cicatrices éparpillées sur le corps, nombreuses fractures, et quelques brûlures... Brûlure dorée...
les yeux de la jeune fille jusqu'à présent éteint se mirent à briller d'un nouvel éclat comme quand elle avait une idée, elle reprit sa feuille blanche et commença à écrire au crayon à papier les mots qui lui venait : Poignets noués... Brûlures dorées... Voleur de Mort... Peur... Le temps...
Après avoir rassembler le tout et corrigé les quelques fautes d'inattention elle prit un feutre couleur carbone et inscrivit le titre en faisant une écriture cassée. Le temps... Sa nouvel création s'appellera donc ainsi.
Prenant son crayon elle envisagea de créer un décor pour son écrit, elle commença par faire des chaines ouvertes pendant lamentablement, à l'arrière on voyait un homme dont les yeux étaient cachés par une longue frange mais son sourire sadique et la seringue qu'il tenait dans la main laissaient deviner de ses intentions.

Une ombre passa devant elle et vint se poster non-loin, elle avait toujours le soleil en face d'elle mais la jeune fille sut que c'était un homme qui était près d'elle, une fille n'aurait pas hésité à se placer face à elle et lui tirer les cheveux pour se faire écouter.
Soudain une sorte de vrombissement se fit entendre, Gracia releva le visage et vit le rebelle Vyacheslav qui semblait entamer une sorte de chanson, elle n'aurait pu dire si c'était un hymne populaire ou quelque chose qu'il inventait pour attirer l'attention sur lui, chose qui se fit rapidement puisque les adolescents se tournèrent vers lui - et elle par la même occasion.
Assez mal à l'aise, l'artiste se remit à dessiner mais ne put réellement se concentrer à cause de la voix étonnamment belle de Vlad'.

Tous les regards des jeunes posés sur eux mirent la jeune fille très mal à l'aise, elle refit le geste de quand elle était nerveuse c'est à dire jouer avec son pendentif pointu. Malgré le fait qu'elle n'avait qu'une envie à savoir devenir un tout petit animal et se mettre en hibernation elle déglutit et se décida à parler bien que à cause de l'angoisse le timbre de sa voix était devenu faible.

- C'est très beau...


Revenir en haut Aller en bas
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Ven 16 Sep - 22:12

Kabal termina son "fredonnement"ur une note longue, etplutot élevée, qui contrastait avec sa voix quand il parlait. L'hymne soviétique, écrite au vingtieme siecle par Sergei Prokofiev était encore d'actualité. il entendit le compliment de Gracia, et, toujours aussi archaique, s'inclina, avant dde se redresser. Il avait senti, en s eloignant d elle, quecertaines personnes ne lui voulaient pas que du bien. En ressortant du batiment, force était de constater que les loups s'étaient changés en agneaux.

- Merci. Je vais encore venir t'ennuyer avec mes questions, mais, y a-t-il un endroit au calme dans ce pensionnat grouillant d'élèves? Je suis un peu comme toi, je préfère être isolé, mais il est étonemment difficile d esquiver les regards ici...

Effectivement, tous les élèves avaient les yeux rivés sur le noueau et ses mains gantées d'argent, ses muscles qui faisaient palir d'envie la moitié de la gent masculine, et chuchotter entre elles toutes les filles capables de discerner les abdominaux à travers le T-shirt. Fier de ses origines, Kabal n'hésitait pas à forcer légèrement son accent, roulant plus longtemps les "r" et asppirant les voyelles. Pour en revenir à sa question, il faut savoir que Kabal ne montre ses talents que rarement. le double coup porté au jeune hmme quelques minutes auparavant relevait d'une bagarre de rue, mais on pouvait deviner qu'il avait un cerain talent au chant. Peut etre n'aurait-il pas du le montrer. Il chassa cette pensée de sa tête. C'était fait, et puis zut. Il décida de monter d'in cran son impertinence, usant et abusant de son charme corporel: Il ôta entièrement son blouson et le fourra dans son sac. deux ou trois sifflements, admiratifs ou rigolards face à cette sote de strip-tease se firent entendre. La peau pâle, vierge de tout tatouage, commençait à laisser voir de petites perles de sueur. Décidément, cettte chaleur ne lui allait vraiment pas.

Satête pivota vers un petit groupe d'élèves, qui semblaint se préoccuper de ceque foutait ici le sibérien. Vingt cinq ans, c'était pas jeune dans un pensionnat, et vu son caractère, apparemment aussi intimidant que charmeur, ses oreilles lui rapportèrent que les élèves pensaient à la possibilité qu'un couple se forme entre lui et cetaines professeurs. Il n'y préta pas attention, il ne s'interessait vraiment pas à la recherche de l'amour, il s'en était sorti seul, et plutot bien jusque là, et à moins qu'une pesonne qui ne lui soit en tout points complémentaires ou qui lui correspondre ne vienne lui ouvrir son coeur, il resterait Vyacheslav, loup solitaire venu du coeur de la sibérie. Elle lui manquait tant, sa belle sibérie, en une journée de voyage! Vérifiant d'un nouveau regard "robocop" qu'aucun surveillant ne soit dans lecoin, il sortit une flasque de son sac. Un récipient simple, comme une petite gourde d'acier entourée de cuir, but une gorgée sans que seslèèvres n'en touchent le goulot, et secoua la tête. Mettre ça dans un moteur de voiture pour augmente sa puissance, d'accord. Desherber avec, d'accord. Faire un feu de joie avec,d'accord. Mais il pouait paraitre inhumain de boire ce liquide brunatre, malgré son odeur fruitée. Evidemment, en Sibérie, avec de l'entrainement,c'etait faisable. C'est donc sans avoir vérifié si Grace put boire sans tomber raide qu'il lui tendit le récipient.


- Tu veux boire un coup? T'as pas l'air dans ton assiette...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Sam 17 Sep - 16:14

Le sorte de chant que Vlad' avait entamé se finit en une longue note un peu plus aiguë peut-être. Puis il se courba avec la souplesse d'un félin comme pour la remercier de son compliment.

- Merci. Je vais encore venir t'ennuyer avec mes questions, mais, y a-t-il un endroit au calme dans ce pensionnat grouillant d'élèves ? Je suis un peu comme toi, je préfère être isolé, mais il est étonnamment difficile d'esquiver les regards ici...

Gracia observa les alentours et vit qu'en effet, de nombreuses personnes les observaient du coin de l'œil et certains s'échangeaient des chuchotis et l'instinct de la jeune artiste lui disait que ce n'était certainement pas des choses sympa qu'ils disaient sur eux deux, enfin pour elle vu que les filles dévoraient littéralement le rebelle des yeux, pour ce qui était de ce qu'elles disaient, la dessinatrice crut comprendre que les plus grandes allaient essayer de le séduire, une sorte de défi qu'elles se lançaient.
Gracia tourna son visage vers le jeune adulte, elle se préparait à lui indiquer un endroit où la population du pensionnat n'y serait pas en masse, mais aucun son ne put franchir la barrière de ses lèvres. La cause de cette soudaine déconnexion de la jeune fille fut que Vlad' avait entièrement enlevé sa veste laissant apparaître son t-shirt qui était collé à sa peau, certaines filles mirent leurs mains sur leurs joues en criant des "HIIIIIII", certaines firent comme si elles s'évanouissaient et les garçons lançaient des "frimeur..." mais les plus jeunes sifflaient d'admiration.
La frêle jeune fille aux cheveux gris eut une réaction que seules deux ou trois autres filles eurent également, elle détourna les yeux, ses joues s'étaient rosies et elle se remit à s'occuper de sa chaine, essayant de retrouver un visage impassible elle prit le parti du silence. et pointa simplement su doigt un endroit à l'ombre où presque personne n'allait.

- Tu veux boire un coup ? T'as pas l'air dans ton assiette...

Malgré que ses joues étaient encore rouges, Gracia tourna la tête vers Vlad' et vit qu'il lui tendait une curieuse gourde avec du cuir autour, elle acquiesça lentement puis prit la bouteille, elle sentit une odeur fruitée mais c'était plus fort que du jus de fruit, le goulot frôla ses lèvres et un peu de liquide se déversa dans sa bouche.
La réaction ne se fit pas attendre, même si elle n'avait presque rien avalé elle le sentit passé, précipitamment elle tendit la bouteille à Vlad' en toussant, tentant de chasser le goût de l'alcool qui la brulait. L'artiste sentit son palais se cloquer légèrement sous l'effet du volume d'alcool, c'était pire que de la vodka son truc.

- C'est... C'est extrêmement fort ! Qu'est-ce... Qu'est-ce que c'est ?

Elle continua à toussoter, elle avait l'impression d'avoir une grippe grasse qui lui prenait la gorge, l'air qui s'y engouffrait lui faisait mal, l'irritait, l'écorchait, la brulait à vif... Elle se sentit idiote d'avoir accepté mais en même temps elle sentait qu'elle avait besoin de cette souffrance...

Revenir en haut Aller en bas
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Lun 19 Sep - 17:16

Pendant qu'elle buvait...Enfin, essayait de porter le récipient à ses levres, le sibérien tendit l'oreille aux bruits ambiants. Bon, il allait devoir se débarasser des filles les plus agées, qui organisaient une chasse au Kabal. Prétentieuses. Il faut savoir s'armer quand on s'attaque au gros gibier, surtout quand il n'a qu'une envie, c'est qu'on le laisse tranquille. Un bruit étranglé fit revenir son attention sur Gracia. La, il avait été débile, et le mot était faible. Elevé dans la tradition de l'épreuve du feu, savoir, chaque anniversaire avaler un demi litre d'alcool de plus que celui de l'année d'avant, Kabal était un habitué de l'arrache gueule et de l'alcoolqui vous liquéfie sur place. Ou qui vous désintègre, au choix. Et evidemment, il n'avait pas pris en compte le fait que tout le monde n'était pas comme lui. Il réagit au quart de tour, saisissant d'une main sa flasque,qu'il porta à sa bouche, la vidant d'un trait, tout en sortant une bouteille d'eau de son sac. Il ouvrit la bouteille dont l'étiquette était rédigée en japonais, et fit couler un peu deau dans la bouche de Gracia, qui tentait comme elle le pouvait de reprendre de l'air sans se brûler.

- Oh, mais quel abruti! J'aurais du y penser... Mais quel con... Education de merde...Excuse-moi, Gracia...Mais franchement quel con je fais...

Distiller plusieurs fois un alcool pour le purifier était un procédé bien connu. Mais sept distillations arrivaient à de l'alcool quasi-pur que le sibérien adorait. Le seul "hic", c'est que ce genre d'alcool...Mettez en dans une mobylette, vous montez à 160 en trois secondes...Pour peu qu'elle ne vous aie pas pété à la gueule. Se confondant en excuses, le rebelle laissa la bouteille d'eau à Gracia. Il passa sa main sur son visage sans déplacer ses lunettes, confus. Ah ça, ça lui arrivait pas souvent. Mais il était penaud, ne sachant que faire. Bon, il ne rougissait pas, enfin, surtout parcequ'il ne pouvait pas rougir plus. Canicule à douze degrés, il ne voulait même pas envisager l'été. Il se frotta la nuque, signe de gêne, et regarda Gracia sans savoir que dire.


[Sorry , aucune inspi U_u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Lun 19 Sep - 18:15

Quelque chose de frais s'engouffra dans la gorge à vif de l'artiste, ce n'était pas de l'air mais de l'eau fraiche très douce, apaisante en tout points. Elle but en lentes gorgées, puis sépara la bouteille d'eau de ses lèvres, Vlad' lui semblait se confondre dans ses excuses, ce qui fit sourire Gracia, il devait avoir l'habitude de rire de ce genre de situation mais rarement de vouloir s'excuser et elle comprit qu'il n'est pas toujours facile de reconnaître ses torts, elle pouvait le comprendre bien que en ce qui la concernait elle n'avait pas eu tort très souvent...

- Ne dis pas ça, souffla t-elle. Je suis la seule responsable tu n'as pas à te traiter ainsi, et puis si je ne m'abuse tu m'as un peu sauvé en me donnant cette bouteille d'eau et donc je n'ai qu'une chose à te dire... Merci.

La réaction de la jeune fille pouvait paraître complètement à la ramasse, voilà qu'elle le remerciait alors qu'à cause de son alcool elle avait le palais complètement brulé ! La sensation d'alcool faisant son chemin, elle ressentit une sensation de chaud très forte, et son gros pull informe de couleur vert commença à faire savoir qu'il existait, elle avait bien envie de l'enlever mais se dégager d'un pull ce n'est pas la même chose qu'ouvrir une veste, mais bon elle n'avait pas non plus très envie de mourir sous la chaleur surtout qu'elle avait encore des heures de cours devant elle, prenant une grande inspiration Gracia enleva sa polaire laissant apparaître son t-shirt blanc où une rose noire dont les pétales se détachaient faisait figure de fond. Son large bracelet e pointa et le collier en acier se montra également le pendentif conique descendant jusqu'au dessus de son nombril.
Pour se changer les idées en attendant une réaction de la part de son camarade, elle observa les autres personnes qui étaient témoins de son "sauvetage" et de ce déshabillage, il y eut d'ailleurs quelques regards appuyés de la part de quelques garçons, la plupart des filles la regardait jalousement, même certains hommes l'observaient avec dédain. Ne sachant si c'était par provocation ou par soif, Gracia prit la bouteille à moitié vide et bu à petite gorgées sous les yeux des autres. Puis se rendant compte de ce qu'elle faisait, elle s'arrêta et précipitamment puis regarda sa montre en soupirant, la fin de la pause allait bientôt sonner et elle n'avait pas vraiment avancé se dit-elle en observant sa feuille de convalescence.

- Le procès n'est pas prêt de commencer si je ne m'y met pas... soupira t-elle pour elle-même.

Elle se tourna vers Vlad'.

- Donc... Si ce n'est pas trop indiscret... Puis-je te demander dans quelle classe et quel groupe tu te trouves ?

Gracia avait deviné qu'il était rebelle mais elle ne saurait deviné à quel niveau il se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Mer 28 Sep - 7:51

- Nous n'avons pas du tout la meme conception de la chose... Si je t'avais etranglé, laché au dernier moment, et massé la gorge pour que tu respires à nouveau,je ne suis pas certain que tu me remercierais, pourtant, là aussi, j'aurais manqué de te tuer...Enfin, Prends le comme tu le veux, je te présente malgré tout mes excuses...

Ca,il n'avait pas l'habitude de s'excuser, c'était clair et net. D'habitude, il se marrait dans des cas comme ça, mais cette jeune fille l'avait aidé à entrer alors que personne ne bougeait une oreille, elle ne l'avait pas dévisagé l'air de dire "mais qu'est-ce qu'il fout là ce grand con?", il ne voyait donc aucune raison de rire des événements, préférant user du peu de politesse qu'il avait retenu de son éducation...Militaire. Il esquissa un sourire. Bon, elle ne l'avait pas incendié, et heureusement: il n'aurait fait que la regarder s'énerver si ça avait été le cas, ou aurait tourné les talons, la laissant en plan...En ce qui concernait les fois ou on l'engueulait, il n'était pas très patient.

Dans chaque établissement scolaire où il passait (et autant dire qu'il en avait fait un sacré paquet, malgré neuf ans de déscolarisation), il choisissait une, deux, voire trois personnes qui n'auraient pas à se faire de souci quand au comportement de Kabal à leur égard. Cette année, Gracia serait dans ces trois là. Elle lui demanda de quel groupe et de quelle classe il était, ce qui, bien sûr, le fit sourire. Il répondit cependant, non sans avoir rangé ses parures de doigt, qu'il faisait nerveusement cliqueter depuis une minute. A peine avait il à nouveau ouvert la bouche que les chuchotements et les moqueries repartaient. Cette fois-ci, sa "politesse" prit le dessus sur l'air plutot calme qu'il s'était forgé auparavant, et il pivota sur ses talons, balayant la cour d'un regard glacial derrière ses lunettes de soleil. Le silence se fit, une, deux, trois secondes, et il eclata.[*/i]

-Плач вслух! но Вы его закрыть, Лохи!?

Spoiler:
 

[i] Il retourna son attention sur Gracia, secoua la tête (ses lunettes manquèrent de tomber, et il est fort probable que Gracia vit à nouveau,un fugitif instant, les yeux, l'un vert et l'autre bleu, de Kabal), rajusta ses lunettes, et reprit la parole, tandis que la "deadline" autour de lui venait de reculer d'un pas.[*/i]

- Je suis en classe fortune...Je ne suis pas un artiste, sauf dans un certain domaine, pas des plus intelligents, je suis mauvais dans presque tous les sports, aucune connaissance en chimie excepté sur la fermentation et la distillation, j'aime montrer aux professeurs que si ils veulent la paix, ils devront préparer la guerre...Certains pourraient dire que je suis un бунтовать . Un rebelle comme on dit chez vous. Je doute que tu sois de ceux là...Je t'ai vu dessiner...Une artiste,peut etre?

[i] Le sens de l'observation de Kabal n'était pas le meilleur du monde, mais les années à s'entrainer au combat lui avaient appris a percevoir grosso-modo les details. Il sourit a Gracia, découvrant cette fois-ci des dents blanches, pas comme dans ces publicités débiles, ou on voit carrément des dents-miroir, juste blanches. Naturelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Mer 28 Sep - 14:08

Gracia observa le jeune homme d'un œil légèrement surprit, il venait de dire une phrase dans une langue inconnue pour elle, ce qui était étrange vu qu'elle en parlait sept mais là elle ne put décrypter une seule syllabe mais vu le ton qu'il avait emprunté ce n'était certainement pas un compliment, plutôt une menace qu'il dirigeait vers les autres jeunes de la cour. Leur chuchotis moqueur et le rire cristallin de certaine personne éclatant à intervalle régulier avait du quelques peu énerver Vlad', la patience ne semblait pas être un de ses principaux traits de caractère. L'artiste ne dit rien, dans ces cas là mieux valait s'effacer sans bruit.
Le rebelle se retourna vers elle et secoua la tête, ses lunettes glissèrent légèrement sur l'arête de son nez, le temps d'une demi-seconde, Gracia pu de nouveau apercevoir les yeux vairons de son interlocuteur, ses prunelles étaient perçantes comme celle des vipères, sauf que lui n'était pas un reptile, si on pouvait le comparé à un animal Vlad' serait plutôt une panthère des neiges avec une démarche souple et une force exceptionnelle.

- Je suis en classe fortune... Je ne suis pas un artiste, sauf dans un certain domaine, pas des plus intelligents, je suis mauvais dans presque tous les sports, aucune connaissance en chimie excepté sur la fermentation et la distillation, j'aime montrer aux professeurs que si ils veulent la paix, ils devront préparer la guerre...Certains pourraient dire que je suis un бунтовать . Un rebelle comme on dit chez vous. Je doute que tu sois de ceux là... Je t'ai vu dessiner... Une artiste peut être ?

La jeune fille regarda Vlad' avec un sourire en coin signifiant clairement "ça se voit tant que ça ?", en effet, les artistes sont facilement remarqués, esseulés et asociales, ce sont les moins forts du pensionnat les meilleures étant les rebelles puis viennent les sportifs, les musiciens et les acteurs, les artistes étant les derniers à égal niveau avec les grosses têtes.

- Oui, artiste dans le milieu du dessin et de la poésie noire...

Le temps sembla se rafraichir soudainement, la jeune fille leva son visage blanc vers le ciel, ses gris anthracite observant l'arrivée soudaine de nuages cotonneux et foncés, des cumulonimbus venaient de faire leur apparition et ils n'avaient pas l'air d'annoncé une fin de journée chaude et ensoleillé, ils venaient prendre le pouvoir du ciel pour un certains temps, certains étaient chargés d'électricité et d'autres étaient humides et n'attendaient que de se délivrer de leur trop plein d'eau.
Gracia émit un soupir de lassitude, il était rare qu'autre chose que des idées noires lui traverse l'esprit et cet instant n'échappait pas à la règle, elle en avait presque marre de ce temps qui ne faisait que changer, pas qu'elle n'aimait pas la pluie - elle détestait juste les flaques d'eau boueuses - mais tout était trop futile, rien ne durait et pour toute chose il y avait une même fin : La désintégration. L'artiste se savait condamné, comme tout le monde, sauf qu'elle ne savait pas quand exactement serait le jour fatidique...
Sortant lentement de sa torpeur, Gracia se tourna une fois de plus vers Vlad'.

- J'aimerais aussi savoir... De quel pays viens-tu ? Je parle plusieurs langues mais je n'arrive pas à comprendre la tienne... Dis moi si je te gênes avec mes questions, elle sont parfois mal formulées ou possèdent quelque chose de déplacé...

Elle commença à se sentir fatiguée et passa une main sur son visage, elle avait encore quelques heures avant d'avoir accès au dortoir...
Revenir en haut Aller en bas
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Mer 28 Sep - 21:18

Kabal émit une sorte de...jouissement (?!) quand la fraicheur leur tomba dessus. Bon,il faisait encore chaud, il allait pleuvoir deux-trois gouttes, rien de bien frais,comme la neige de sa Sibérie natale, mais à défaut de mieux, il n'en créverait pas de chaud. Poesie noire et dessin, tels étaient les attributs de Gracia...Comment ça "de quel pays"il venait? On en avait assez entendu parler des catastrophes éconoiques de la Russie,dugouvrnement vérolé par la mafia, le tout commenté sur toutes les chaines du monde par un présentateur ahuri,avec, en fond sonore, l'élocution typique du porte parole du gouvernement soviétique.Ce fut donc à son tour de sourire, histoire de dire "c'est si bien camouflé que ça?"

- Je viens du pays ou le froid reigne en maître,secondé par l'alcool, substance bien plus que traitre, je viens de par delà la mer, droit du pays des loups,en plein milieu des terres ou le froid en courroux gèle de l'aube à la vespre avisés comme fous...D'ou viens-je,Gracia?

Rivaliser avec une poetesse dans son domaine. Une connerie dédicacée. Il n'y vait bien guère qu'un autre poète ou Kabal pour faire ça. D'autant que sa prose et ses vers n'éaient pas des meilleurs, loin s'en fallut.Tant de mots pour dire qu'il venait de Russie... Nostalgique à nouveau, il ressortit de son sac la bouteille d'alcool tendit que Gracia réfléchissait. Avant qu'elle ne donne la réponse,il avait buune gorgée, et les caractères en cyrillique sur la bouteille étaient explicites...Il la rangea lorsqu'il s'en aperçut,peut etre trop lentement, et reprit la parole.

- Alors, Tovarishch, pas trop difficile?

Tout sourire,il ne doutait pas un instant que Gracia devinerait assez vite, et, eventuellement,répondrait aussi en rimes. Cette fois-ci,il ne lui proposa pas de boire,ayant déja vu l effet apocayptique de l'alcool dans la bouche de Gracia. il attendait la réponse de sa camarad avec impatience, fredonnant les trois preièrs mesures de l'hyne ruse. Pouruoi trois? Parce que les leres de Gracia bougerent à la troisieme mesure.

[Nul,je sais U_U sorry]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Jeu 29 Sep - 16:49

[HS : Jouissement ?! xD]

- Je viens du pays ou le froid règne en maître, secondé par l'alcool, substance bien plus que traitre, je viens de par delà la mer, droit du pays des loups,en plein milieu des terres ou le froid en courroux gèle de l'aube à la vespre avisés comme fous...D'où viens-je,Gracia ?

L'artiste réfléchit, Vlad' avait tenté de faire de la poésie, pari risqué face à la jeune fille maître incontestable dans ce domaine. Elle avait comprit qu'il parlait de la Russie, elle sourit, fière de sa trouvaille mais elle se sentit un peu honteuse de ne pas avoir tout de suite, son accent aurait du la mettre sur la voie...

- Alors, Tovarishch, pas trop difficile ?

Gracia ne savait pas ce qu'il venait de dire et s'en énerva intérieurement, elle rassembla sa salive tandis que Vlad' avait entamé l'hymne qui était certainement russe, quand elle sentit un soupir au niveau de la troisième mesure, elle inspira et parla, elle ne connaissait qu'un seul dicton russe et elle essaya de le superposer à d'autres phrases.

-Regretter le passé, c'est courir après le vent. Ce vent gelé couvrant les paysages déjà enneigés, d'une douce couverture de soie. Jamais ce pays ne connaitra la canicule, jamais il ne souffrira de la chaleur. Cet immense territoire blanc et froid sera à jamais recouvert de son manteau d'hermine, cet endroit lointain que l'on appelle Russie...

La jeune fille n'avait pas chercher les rimes, juste un rythme de parole mais là elle se sentait ridicule car les personnes les plus proches l'avait entendu et certains avaient un sourire moqueur voir cruel peint sur le visage. Gracia regretta soudainement son pull, même si il l'étouffait sous ses grosses mailles, au moins elle pouvait s'y cacher un minimum.
Doucement elle tenta de faire le vide dans son esprit complexe, cherchant à effacer toute trace des regards et des sensations qu'ils provoquaient - la honte, le dégoût, la peur ou encore la terreur. Puis se sentant un peu mieux, elle mit ses genoux contre sa poitrine une fois assise sur le banc, elle les entoura de ses bras mais n'y appuya pas sa tête, le regard dans le vague.

- Et moi... D'où est-ce que je viens grand rebelle soviétique ?

Elle-même ne le savait pas mais, sans le vouloir elle avait une sorte d'accent italien même si elle n'avait jamais posé les pieds en Italie, en fait elle était née dans un petit pays que l'on nommait Lichtenstein mais n'y étant resté que 5 mois elle n'avait pas hérité de l'accent national. Elle observa le jeune adulte et sourit.

- Seras-tu capable de trouver opprører ?

Elle avait fini sa phrase avec un mot norvégien, la langue qu'elle adorait utiliser, Gracia ne provoquait pas spécialement le grand Vlad' mais elle le taquinait gentiment espérant en son for intérieur qu'il ne le prendrait pas mal...
Revenir en haut Aller en bas
Kabal Vyacheslav Kamaroff
странствующий палач
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Devant ce foutu portail...j'vais passer par dessus si ça continue!

Prodige Pensionnaire
Nom, Prénom & Âge : Kamaroff. Kabal Vyacheslav. 25 ans.
Talents~:
Classe:

MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Jeu 29 Sep - 20:10

[Oui xD Kabal se fout du plaisir sexuel,ça fait que dix heures qu'il est parti de Russie, il creve de chaud...le froid, c'est juste avant le point G ^^ et quand il se bat aussi...]

A l'accent de son interlocutrice, Kabal aurait opté pour l'italie. Mais un de ses camarades de combat employait souvent le mot "opprører". D'ou était-il déja, ce lieutenant qui avait la langue aussi bien pendue que lui maintenant.Suicide...Ou pas? Le lieutenant Erik Odinnson Un déconneur de première qui avait eu quelques embrouilles avec un gang style "mafia" de par chez lui. Sonorités nordiques, norvegien,suedois, ou danois. Certainement pas finnois, langue particuliere dans laquelle le rebelle arrivait a se faire comprendre en Finlande même... Après l'admirable leçon de poésie qu'il venait de prendre, la jeune femme s'étant concentrée plus sur les sonorités que sur les vers dans ses paroles, il devait au moins trouver ça...Le drapeau de ce pays était orné d'une croix...Le seul probleme, c'était que la croix de saint Olaf décorait les drapeaux de norvege, suede, et du danemark...il mit plus de temps à répondre que Gracia , mais il pensait avoir trouvé.

- Accent Italien, mots en Norvegien... Le choix est vaste: j'aurais pu parler Quebecois et modifier mon accent pour me faire passer pour un indien, ce n'est pas difficile...

Un detail lui revint. Son visage s'illumina d'un sourire carnassier. Il ne lui avait suffi que de se rappeler les papiers dans les mains de Gracia. L'un d'eux,qu'il avait ramassé et lui avait rendu, était porteur d'un petit drapeau, faisant office d'indicateur pour le pays de destination.L'enseignement militaire reçu par le sibérien l'amena bien vite à la réponse: on ne peut etre officier sans connaitre ne serait-ce qu'une petite centaine de drapeaux. Le Liechtenstein faisait partie des cent trente deux qu'il avait cité a son concours a l ecole d'officiers, la seule dont il ne se soit pas fait virer:il en était sorti major de promotion, apres seulement deux ns d etude au lieu de sept. il fit une petite révérence,et donna la réponse.

- Mais avant,je vais t'enseigner trois petites règles, qu'il vaut mieux suivre si sa propre survie est importante. Tu connais déja la première: ne jamais accepter à boire de ma part, sauf après vérification du taux d'alcool. La seconde, ne jamais essayer d'ennuyer ceux qui m'aident, on se retrouve vite plié par terre (il sourit, montrant quelqu'un par dessus son épaule, visant approximativement le "Thierry la fronde" qui ne se servirait plus de sitot de son arme sous peine de raclée monumentale) et la troisieme...Ne pas laisser de documents importants à portée de mes yeux, il arrive que je me rapelle de certains details...un drapeau par exemple? Page 3, drapeau du Liechtenstein dans l'angle droit de la feuille. Je me trompe?


Kabal sourit, pas méchamment,juste un petit air vainqueur, qu'il n'avait pas arboré depuis sa derniere véritable rixe en date. Trois ans auparavant à la sortie d'un bar. du spiritueux lui avait giclé partout sur le paletot, mais il avait fait le genre de baston qu'on voyait dans les animés japonais avec des ninjas qui attaquent des innocents...sauf que c'étaient les innocents qui avaient attaqué le "ninja". Il avait édicté ses trois regles sur un ton amusé, histoire de faire comprendre qu'il vallait mieux les suivre, mais qu'elle ne risquait pas grand chose...sauf sur la premiere regle.

Les élèves de cet endroit ne comprenaientrien à rien: ils continuaient a jaser, sur Gracia plus que sur lui,mais tout de même, il allait devoir passer a la vitesse supérieure. il posa son sac, fit un clin d'oeil à Gracia, qui semblait en avoir marre aussi, et s'avança dans la cour, très vite entouré d'un tas de personnes,qui se demandaient ce que foutait le russe. La réponse venait. Il s'assit contre un muret bas, et attendit que plus personne ne dise mot dans le rassemblement, ce qui fut assez vite fait.


-Mesdemoiselles, messieurs, il me semble avoir averti deux fois que le temps n'était pas aux messes basses ni aux moqueries. En conséquence de quoi, soit vous désignez un champion pour m'affronter au "bras de fer", soit je choisis dix souffre-douleurs. Si je gagne ce petit duel, dans l'eventuallité que quelqu'un se présente, vous vous occupez de vos affaires et cessez ces regards et chuchottements qui commencent à nous ennuyer sérieusement, ma camarade et moi. Si je perds, vous choisirez votre réompense.

Le coup des represailles sur des innocents (ou pas) fonctionnant toujours aussi vien, un grand baraqué vint se placer face à lui, de l'autre coté du muret.

Kabal banda tous ses muscles dun coup, arrachant un craquement de protestation à son T-shirt,qui ne céda pas malgré tout. On aurait dit que le sibérien portait des plaques d'acier sous sa chair,et il se mit en position pour le "defi" qu'il avait lancé, l'air mauvais, du genre "fait attention a tes mains, on va faire de la purée.". Un gamin, certainement d'une petite quinzaine d'années, lança le décompte."trois,deux,un,partez!". Kabal se laissa faire, jusqu'a arriver à ras du muret. Maintenant sa main à un petit centimètre de la structure de pière, il entonna "another one bites the dust", vieux tube du groupe "queen" qu'il adorait. L'autre,forçant comme un malade, dut vite se rendre à l'evidence: il aurait du mal à faire bouger cette paluche... C'est après avoir terminé de chanter le refrain que Kabal se lacha. Il serra les doigts de son adversaire,lui tordit le poignet et l'épaule tout en abaissant la main du "champion" jusqu'au roc du muret. KRAK,re-KRAK,re-re-KRAK et re-re-re-KRAK. Les doigts, le poignet, le coude et l'épaule. Le sibérien laissa l'éclopé en plan et revint vers Gracia,tandis que tout le monde s'affairait autour du blessé. Qui ne pourrait probablement plus ecrire pendant un moment. Le doigt que Kabal avait posé sur ses levres signifiait clairement que l'autre devait la boucler. Kabal reprit un air souriant et s'adressa à Gracia.


- C'est bien ça, Liechtenstein, Italie, ou Norvege, avec une préférence pour le premier...

Le fait qu'il portat un pantalon noir et une coquille le sauva d'une honte magistrale, qu'il constatait apres chaque coup porté: une erection. Il n'éspérait qu'une chose: que la poetesse ne détaille pas son corps et ses muscles tendus, car, à a peine un mètre d'elle, elle s'en apercevrait sans mal... Il s'assit sur son sac, face à elle, dans une tentative désespérée de cacher ce petit désagrément de la vie masculine (désagrément ...tant qu'il n'y a rien d'interessant avec après //PAN//), mais il ne s'aperçut pas que s'asseoir avait l'inverse de l'effet escompté, ça se voyait encore plus. Se relever ayant été suspect, il ne put qu'espérer...


[Je crois que je vais peut etre pas répondre au RP demain, j'attendrais le week-end,je fais n'importe quoi de ma wii U_U désolé pour la pietre qualité de mon RP, je me rattraperai ce WE, promis!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   Ven 30 Sep - 17:04

- Accent Italien, mots en Norvégien... Le choix est vaste: j'aurais pu parler Québécois et modifier mon accent pour me faire passer pour un indien, ce n'est pas difficile...

Un sourire de tueur se glissa soudainement sur les lèvres du russe, il semblait avoir eut une illumination soudaine, il s'abaissa et fit une sorte de révérence puis s'exclama.

- Mais avant,je vais t'enseigner trois petites règles, qu'il vaut mieux suivre si sa propre survie est importante. Tu connais déjà la première: ne jamais accepter à boire de ma part, sauf après vérification du taux d'alcool. La seconde, ne jamais essayer d'ennuyer ceux qui m'aident, on se retrouve vite plié par terre

Gracia acquiesça en silence, elle était d'accord sur ces deux points, l'alcool elle en garderait un souvenir brulant, c'était le cas de le dire, lui, il se mit à sourire, montrant quelqu'un par dessus son épaule, visant de ses yeux cachés par les lunettes le garçon qui avait lancé le projectile sur la jeune artiste

- Et la troisième...Ne pas laisser de documents importants à portée de mes yeux, il arrive que je me rappelle de certains détails...un drapeau par exemple? Page 3, drapeau du Liechtenstein dans l'angle droit de la feuille. Je me trompe ?

L'artiste ne répondit pas mais une expression surprise, non pire, estomaquée. Elle n'en revenait pas qu'un si petit détail lui revienne en tête, comme pour s'en persuader elle-même elle prit le document où était écrit en grosse lettres majuscules "DOSSIER CONFIDENTIEL" et en effet, le drapeau du Liechtenstein était dessiné dans le coin. Gracia observa le rebelle du coin de l'œil, son sourire avait changé de nature, c'était un sourire de gagnant.
Vlad' s'approcha soudainement de la foule de personnes qui jasaient ce qui devait l'ennuyer, il s'assit contre un muret.

- Mesdemoiselles, messieurs, il me semble avoir averti deux fois que le temps n'était pas aux messes basses ni aux moqueries. En conséquence de quoi, soit vous désignez un champion pour m'affronter au "bras de fer", soit je choisis dix souffre-douleurs. Si je gagne ce petit duel, dans l'éventualité que quelqu'un se présente, vous vous occupez de vos affaires et cessez ces regards et chuchotements qui commencent à nous ennuyer sérieusement, ma camarade et moi. Si je perds, vous choisirez votre récompense.

Un frisson parcourut l'échine de la jeune fille, elle n'aimait pas ça, mais alors pas du tout. La violence l'écœurait même si là ce n'était pas de la violence c'était une sorte de lutte des pouvoirs. Les yeux anthracites s'agrandirent d'un coup lorsqu'elle vit un grand costaud sortir des rangs prêt à affronter le russe. Il n'avait aucune chance. Pour ne pas voir le massacre, la jeune fille plaqua ses mains sur ses yeux, la scène qui allait suivre elle ne voulait pas la voir, cela lui rappelait trop de chose.
Un hurlement se fit entendre... Le grand baraqué était hors service, la jeune fille retira les mains qui lui cachait la vue, elle eut un élan de compassion envers la victime.

- C'est bien ça, Liechtenstein, Italie, ou Norvège, avec une préférence pour le premier...

L'artiste chassa dans un coin de sa tête l'horreur qui venait de se passer et s'attela à répondre.

- Liechtenstein... Pour le reste, je ne suis ni italienne ni norvégienne, je suis née dans ce petit pays et j'ai grandi au Portugal.

Gracia avait le regard dans le vide et n'avait pas remarqué la gêne soudaine du Rebelle, elle était perdue à ce moment là. Malgré le fait que le costaud s'était fait ratatiné par Vlad', les filles s'attelaient à devenir des commères, l'artiste eut une peur soudaine.

- Cette histoire de souffre-douleur... C'était du bluff ou tu l'aurais fait... ?

Un malêtre atteint la jeune fille et ses grand yeux gris se mirent à briller, pas d'illumination mais de faiblesse. Elle se sentait très faible comparé à ces gens autour d'elle en particulier Vlad'. Ce n'était pas la même peur que lorsqu'elle était face à une bassine d'eau ou à une piscine, c'était la peur du retour dans le passé. Un passé trop douloureux, à cet instant elle doutait de pouvoir résister longtemps, elle aurait honte si elle se mettait à pleurer maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fichu portail...mais pourquoi vous m'regardez comme ça? [libre!!!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hey ! Pourquoi tu me regardes comme ça !? ft Sacha Vega
» Mais pourquoi tout le monde s'endort ?
» hein ? Oh vous me cherchiez ! Mais pourquoi ?...
» Heu... J'ai jamais bu de bière, mais pourquoi pas ! [PV Silver]
» Pourquoi "la rose des vents" ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Are you ready ?  :: HORS RPG :: Archives :: RPs Abandonnés.-