AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le soleil revient à Prodiges ! C'est bientôt l'été !
 

Partagez | 
 

 Frayeurs Nocturnes et Tremblements. [Isay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Frayeurs Nocturnes et Tremblements. [Isay]   Dim 30 Oct - 0:08




tic tac tic tac tic tac.

Faisait le son de la montre de Dovtoï posée sur le rebord du matelas. Un son faible, mais répétitif, lancinant, au point que celui-ci se mette à résonner au plus profond de son crâne.

Tap. Tap. Tap. Tap.

Faisait le bruit de la branche de l'arbre à l'extérieur qui, poussée par le vent nocturne, se frappait doucement contre la vitre de la chambre.

Dovtoï, allongé sur le dos, sur la couchette du bas du lit, n'arrivait pas à dormir.
Non, il n'y arrivait résolument pas.

Yeux grands ouvert, les muscles tendu par une nervosité qui lui faisait face si souvent. Une nervosité qui allait jusqu'à l'empêcher de dormir ou, lorsqu'il y parvenait, venait troubler son sommeil. Le rendant agité et moins réparateur qu'il ne devrait.

Dovtoï tourna la tête sur le côté, son regard se posant sur la montre.

03H12
Et six secondes.
Sept secondes.
Huit secondes.

Brusquement, le jeune garçon s'installa en position assise sur le lit, fixant la fenêtre de son regard perçant. Sa mèche perchée sur sa tête avait décidé de passer résolument devant une partie de son visage. Son corps, seulement couvert d'un boxer, la couverture rabattue sur ses jambes, était une silhouette d'une pâleur exemplaire dans l'obscurité de la nuit.

Quels étaient les pensées qui habitaient le cadet Maeda en cet instant? Un amas trop brouillon pour que l'on puisse en déclarer clairement quelque chose. Puis, l'idée que ce n'était pas une branche qui frappait contre le carreau se détacha du brouhaha incessant de son esprit. Après tout, cela pouvait très bien être quelqu'un qui avait l'intention d'attenter à la santé de son si précieux jumeau????
Il ne fallu pas plus d'une seconde pour que ses pieds nus touchent le sol et qu'il se dirige vivement vers la fenêtre, sourcils froncés, air menaçant imprimé sur le visage.
C'est avec vivacité qu'il tourna la poignée et ouvrit la fenêtre, laissant le vent s'engouffrer dans la chambre, secouer ses cheveux et faisant parcourir son corps d'un frisson, en un sifflement lugubre.

Branche.

C'était bien une branche.

Après un regard méfiant, yeux plissé pour mieux scruter l'obscurité, aux alentours, Dovtoï referma la pauvre fenêtre et lui gratifia même un regard haineux qui l'aurait fait trembler si elle avait été doué de vie. Et bien oui, elle l'avait inquiété pour rien, il fallait au moins ça.

Tap tap tap tap.

Recommença la branche.

Tic tac tic tac.

Continuait la montre.

Les deux sons se mêlant. Résonnant.
Toujours plus.
Toujours plus fort.

-...la ferme...- siffla t-il entre ses dents.

Il était fatigué.
Ses muscles restaient crispées dans l'état de nervosité dans lequel il se trouvait.

Vous connaissez le supplice des gouttes d'eau qui résonnent pendant des heures? Ces simples sons était exactement le même effet sur le jeune homme. Trop de nerfs. Trop susceptible. Peu de patience.

-... La ferme... la ferme...- murmura t-il encore.
Ses doigts se crispèrent sur sa tête, dans ses mèches blondes et fines.

Mais les sons continuaient.

Tic tac tic tac tic tac.

Tap tap tap tap tap.

Il lâcha ses cheveux et marcha d'un pas vif vers son lit. D'un mouvement brusque il se saisit de la montre et retourna vers la fenêtre.

Il l'ouvrit et jeta l'objet de toutes ses forces à l'extérieur.

-Je t'ai dis de la fermer!!!!!!!!!-

Puis il referma les battants en un claquement.

Le tic tac c'était arrêté.
Le vent soufflait moins fort et la branche ne frappait plus.

Et lui restait là, paumes et mains et front contre la vitre froide, le souffle haletant, son coeur battant la chamade.

Névrose.

A cet instant, il ne savait pas s'il avait réveillé son frère ou non.
Il n'avait pas fait attention.
Il ne pensait pas.

La seule chose que son esprit contrôlait, c'était son souffle. Qu'il essayait de calmer du mieux qu'il pouvait, les yeux fermés.

Il faisait froid à l'extérieur.
Le souffle glacé avait soufflé.
Mais lui, dans sa nervosité, brûlait de chaleur.

Dovtoï avait besoin de ce calmer.
Il en avait un besoin vital.

Tandis qu'un silence lourd était retombé sur la pièce obscure, seulement éclairée par la fébrile clarté bleue de la lune à moitié dévorée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Frayeurs Nocturnes et Tremblements. [Isay]   Dim 30 Oct - 1:54

Pour ne pas mentir, Isay a le sommeil très lourd. Tellement lourd qu'il lui faut au moins trois réveils pour pouvoir se réveiller et encore, il se peut que lesdis réveils ne puisse le faire sortir des bras de Morphée. Et je ne vous parle pas du réveille : Il est autant à l'Ouest que d'habitude. Mais nous n'en sommes pas encore là. Remontons un peu le temps.
Voilà.
Présentement, contrairement à son frère, Isay dormait comme un bébé en serrant une partie de sa couverture contre lui comme si c'était une peluche. Il faut dire que le jeune homme peut dormir n'importe où. Il arriverai même à s'endormir sans problèmes en boite de nuit. Fortement déconseiller cependant, vu le nombre de picpockets qui rôdent dans ces coins.



Hokkaido. Avec papa, okaa-san et bien entendu petit Dovtoï. Dans un petit parc qui n'était pas très loin de leur ancienne demeurs. En hiver certainement, vu comme il fait froid. Lui qui jouait avec la balançoire, Dovtoï qu in'était pas très loin, et les parents qui surveillaient. Aaw, quel beau rêve.

-...la ferme...-

Pardon ? Il tourna la tête vers son cadet. Tiens, c'est bizarre. Il a grandit. Et lui aussi. Plus de balançoire non plus. Et c'est genre carrément normal vu que l'on est dans un rêve.

- Do-chan ?

L'angoise monte.
Isay s'avança vers son frère.

-... La ferme... la ferme...-

- Ca ne va pas ? Qu'est-ce que tu as ?!

Panique.

-Je t'ai dis de la fermer!!!!!!!!!-

CLAC.
Sursaut.
Sortie des bras de Morphée de façon très brutal on doit dire. Mon dieu, qu'est-ce que c'était, ce rêve ? Il était vrai ? Oui, forcément, sinon il n'aurait pas entendu ce grand claquement. Sauf si il l'avait imaginé ? Possible. Doucement, en tentant de se réveiller un peu mieux -bah oui, il a le réveille difficile le pauvre chou- il se tourna vers la fenêtre où était présentement son jumeau, devant la vitre...
Sans bruit, il se tira hors de ses draps et descendu de son lit. Machinalement, il remonta le seul habit qu'il avait sur lui, son pantalon de nuit donc, et partit doucement vers son frère.

- Dovtoï...

Le plus vieux prit le plus jeune dans ses bras. D'abord, on l'éloigne un peu de cette foutu fenêtre, il pourrait se mettre à la martyriser, la pauvre ! Ensuite, on le pose doucettement sur le lit, on s'asseoit à côté et enfin on le berce un peu pour tenter de le calmer.

- Tu n'arrives pas à dormir ?

No shit Sherlock. C'est pourtant évident.

- Tu veux que je dorme avec toi ? rajouta-t-il avec un sourire sans laisser le temps à son frère de répondre à la première question.
Revenir en haut Aller en bas
 

Frayeurs Nocturnes et Tremblements. [Isay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Combats nocturnes
» C'est comme un parfum de nocturnes qui aurait le goût des levers du jour - PV
» Stupeur et tremblements [Amélie Nothomb]
» tremblement de terre haiti
» Tweaker Napoleon => La Camera qui tremble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Are you ready ?  :: HORS RPG :: Archives :: RPs Abandonnés.-